Tumblr we ♥ pj rpg.Level Up!talents treesQuests and missionsThe PleiadesSpécial AbilitiesDivine ShopTerritorial warThe Bestiary
A savoir
# Enfants de dieux mineurs/génésiens débutent niveau 3, 2 pouvoirs.
# De nouveaux pvs de dieux sont libres ainsi que Perséphone, Arès, Aphrodite, Eos, Apollon !
# Ne manquez pas le nouveau bestiaire et l'annexe spécial "astraïens"

WANTED POSTER

■ Wanted PJiens, PJiennes, la traque est lancée autant chez les pro-olympiens, que les insurgés. C'est la guerre, il n'y a plus de limite en terme d'horreurs. Voici les récompenses capture.
□ Pour les divinités supérieurs | 300 PE de base - 500 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne Ouranos, Zeus, Poséidon et Hadès)
□ Pour les divinités | 300 PE de base - 450 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne olympiens, astraïens, dieux mineurs, astraïens)
□ Pour les chefs de camp | 300 PE de base - 300 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ chefs de brigade | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les êtres surnaturels | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les soldats insurgés, grecs et romains | 200 PE de base - 200 PE pour la fuite ou la capture définitive.
● Nota Bene ●
○ Les parques ont mis fin à l'ascension de Chaos en le renvoyant dans le néant ○ Zeus est de retour sur l'Olympe ○ Ouranos fait appel aux "anciens déchus" d'autres astraiens pour mener la guerre contre les olympiens ○ La "Grande Guerre" est lancée ○
○ Relancement du Wanted; Zeus et Ouranos lance la traque de leurs ennemis ○ Les grecs et les romains sont en désaccord pour la guerre des territoires ○ Les deux camps (grec et romain) sont également en compétition, pour la récompense honorifique ○
Percy Jackson RPG
« Out in the city, in the cold world outside, i don't want pity, just a safe place to hide. »

 :: A la découverte du monde :: États-Unis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1.04 - You look like Me [Nevh]

avatar
Nombre de messages : 60
Points d'expériences : 1601

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Perséphone
Niveau: 4
Les pouvoirs: Terrakinésie - Communication par les plantes - Nécromancie
Voir le profil de l'utilisateur




Maddison P. Cain
Percy Jackson Ҩ Member
Dim 4 Déc - 22:36
Boum. Boum. Boum.

Les gigantesques haut-parleurs martelaient toute la zone couverte de milliers de tentes, grouillant de millions de jeunes. Chacun s’agglutinait à l’entrée, pour courir tantôt à un stand de bière, ou pour rejoindre le premier partenaire de cette longue semaine de festival. Pour les médias, c’était un célèbre festival de musique, mêlant plusieurs styles mais davantage un pur produit de multiples DJ’s. Pour les parents de ces jeunes, c’était une sortie de jeunesse avec ses aléas. Pour les participants, c’était une semaine dédiée à l’Amour sous toutes ses formes, des plus prudes aux plus osées et immorales. Pour Persiphaé, c’était un terrain de chasse où elle pouvait trouver bien de curieuses choses.

Car, au cours de ces festivals de musique, en tant que demi-déesse, elle voyait des choses différentes. Plus fabuleuses. Plus folles. Plus délirantes. ET l’une d’elle était une tente très spécifique, dont elle connaissait les trois vieilles dames mais qui avaient aujourd’hui l’apparence de trois fabuleuses donzelles. C’était ces vieilles de la soirée d’Halloween. Suite à cette étrange soirée, Maddison comme Persiphaé avaient longuement réfléchi à ce trio dont le langage, les symboles, l’accoutrement ou encore les différentes potions lui avaient donné un sentiment de « déjà-vu ». Le sentiment avait trouvé sa réponse quand l’annonce de ce festival a été faite.

Boum. Boum. Boum.

- C’est vous, encore. J’ai adoré votre potion qui fait changer de sexe. Ingénieux, finit-elle par dire en déposant un par un des Drachmas d’or. A chaque fois qu’elle en déposait un, une nouvelle pièce se formait. A l’infini. Les yeux des demoiselles brillèrent soudainement. J’ai besoin d’une petite potion pour rendre la semaine encore plus folle. Enfin, de plusieurs potions. Evidemment, je paie comptant, et sans compter.

Et elle passa ses multiples commandes. Les demoiselles s’activaient encore et encore, insistant sur le fait que certaines potions nécessitaient un temps d’attente de quelques heures, à quelques jours. Maddison dut pas mal marchander, et se montrer très imaginative, et finit par obtenir une certaine quantité honorable qui promettait une semaine extrêmement chargée. Et mémorable. Si mémorable qu’elle se demandait si elle ne s’y risquait pas trop, avec les différents talents au Bunker.

« Bah, qu’ils ont qu’à pas fouiller les mémoires. ET qu’ils ferment leur esprit s’ils assument pas deux ou trois scènes » soupira Persiphaé. Aussitôt, Maddison souffla un petit mot « Non ! Non ! Je ne peux pas … ». Et elle fit taire cette voix. Et cette conscience. Persiphaé avait ce talent-ci, contrairement à Maddison : elle pouvait prendre un total contrôle de ce corps, et de cette conscience. Maddison ne se souviendrait plus de rien à son « retour ». Certes, la mémoire restait accessible pour quelques habiles télépathes, mais il fallait savoir où regarder.

Boum. Boum. Boum.

Elle avançait encore et encore, réfléchissant à la potion à prendre. Et dans ce petit monde, elle tomba nez-à-nez avec une étrange personnalité. La fille qui avait été un homme, puis une fille à nouveau en peu de temps. Elle l’analysa de loin, et finit par s’approcher avec un sourire mauvais aux lèvres.

- Alors, tu es un garçon, en fait, introduisait-elle. Devines quoi, j’ai retrouvé les vieilles femmes de l’autre fois, et j’ai pu acheter deux ou trois trucs. Ca te dit de les essayer avec moi ? Bon, faudra partager les effets seront deux fois moins longs, du coup.

« Bonjour ? Comment vas-tu ? » étaient le genre de politesse dont Persiphaé se passait. A vrai dire, elle avait plus urgent, soit tester la fiole au liquide verdâtre qui ne cessait de générer d’étranges bulles jaunâtres, avec une odeur âcre et amère.

-  Bois seulement si tu n'as pas trop trop peur des conséquences. Y aura ... Du sang. Du sexe. Du l'alcool. De la drogue. De la musique. Des cris.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Sam 10 Déc - 19:30
Le son des basses résonne dans ma poitrine, je les sens dans mon corps tout entier. Ca fait une éternité que je n'ai pas mis les pieds en boîte, pas plus qu'à un festival. Plus le temps, avec les histoires à la Colonie. Et Casey. Je suis devenu ce type un peu triste qui s'enfile son whisky assis contre un mur, et qui lève à peine les yeux quand on lui adresse la parole. Pathétique. Et maintenant que je suis là, à slalomer entre les jeunes surexcités et à ressentir la musique comme si elle était palpable, je regrette de ne pas m'être bougé plus tôt. Ca m'avait manqué, l'ambiance particulière de ce genre d'évènements, le public qui danse, complètement en transe en se raccrochant à leur gobelet en plastique portant le logo du festival, les lumières qui donnent l'impression de ne plus tenir debout. L'énergie me court sous la peau, et si j'étais une petite fille de huit ans, je sautillerais sur place. Heureusement, je n'ai pas huit ans, donc je me contente de passer d'une scène à l'autre, le corps déjà recouvert d'une fine pellicule de sueur et l'esprit complètement vide et électrique à la fois. Je suis là pour quelques jours, et je sais déjà que je vais en ressortir rechargé à bloc. C'est mon truc, ces festivals. Tout peut arriver, du pire au meilleur. C'est ce qui me fait me sentir en vie.

J'ai un gobelet à la main, rouge vif et imprimé du logo du festival dans un jaune éclatant. Ils n'ont que de la bière, généralement, ce qui n'est jamais qu'un point négatif au milieu de tout ce positif. Avec un peu de chance, si je prie mon père suffisamment poliment, il me filera peut être du vin avant la fin du festival. Je suis pas fan de la bière. Trop de bulles, tu vas pisser toutes les cinq minutes, ça donne mal au ventre, et ça laisse l'opportunité aux bolosses de faire des concours de rots comme s'ils étaient des piliers de bar de soixante-quatre ans. Mauvais plan. Mais j'ai pas le choix, et entre boire de la merde et ne pas boire, le choix est vite fait. C'est pas comme si j'allais rester sobre cinq jours d'affilée, j'ai pas été sobre depuis plusieurs mois. Jamais entièrement, en tous cas. Un psy me dirait que c'est malsain, mais l'avantage de la Colonie, c'est que tant que t'es présent pour te faire buter à la place des dieux, personne t'emmerde. Surtout pas pour ça. Ils préfèrent sûrement une bande d'alcooliques à une bande de suicidaires dépressifs. (Ceci dit, on peut être les deux. J'en suis un peu la preuve.)
Je vide mon gobelet en quelques gorgées, réprimant la grimace de dégoût qui me monte aux lèvres, et j'adresse mentalement des excuses à mon père. Désolé de te déshonorer comme ça, mec, j'ai pas le choix. Il va falloir que je me bouge, si je veux rejoindre la scène principale. Un DJ que j'aime bien est prévu pour dans une heure, mais si je n'arrive pas d'ici trente minutes, je pourrais aussi bien rester ici : je verrais rien, j'entendrais rien. Je commence à bousculer un groupe qui s'arrête net en face de moi, en gardant mon gobelet vide à la main. Je trouverais bien un coin pour le re-remplir sur le chemin. J'évite quelques personnes qui titubent dans la direction opposée de la mienne, et je m'arrête net quand on s'approche de moi. "Alors, tu es un garçon, en fait." Je fixe la fille qui me parle, pendant de longues secondes. C'est qui, cette meuf ? Je mets encore un moment avant de réaliser. La fille d'Halloween, celle qui m'a fait marrer et à qui j'ai roulé une pelle ! Elle n'a pas l'air de m'en vouloir. Elle a même plutôt l'air de s'en battre les reins. Cool. Je m'attendais au moins à une baffe.
La fille continue de parler, et je la détaille du regard pendant qu'elle bavarde. Quand mon regard remonte pour croiser son regard, j'hausse une épaule. "Fais péter." Je réponds simplement en tendant la main pour réclamer une potion. Je crois que j'aime bien cette nana. Non seulement son commentaire à la soirée d'Halloween m'a fait marrer, mais elle à l'air d'aimer vivre dangereuse. Sa petite mention à la drogue me fait tiquer mentalement, mais je m'ignore moi-même. Toujours la main tendue, je l'observe un moment, jusqu'à ce qu'elle pose la potion dans le creux de ma main. Je l'ouvre, en boit la moitié, et lui file le reste. "Si le sexe et l'alcool sont inclus dans le lot, je suis partant." Je lâche, en essayant de voir si quelque chose a changé. "Alors, qu'est-ce que tu fous chez les insurgés ? Tu t'es disputée avec papa ou maman ?" Je demande, histoire de tester les limites. "Paraît que les meufs, c'est toutes des chaudasses, là-bas." J'ajoute, parce que Casey me l'a dit une fois. Ou je lui ai posé la question. Je sais plus.

Je renifle. "C'est toi qui sent bizarre, comme ça ? Change de parfum, vous avez pas de Sephora dans votre QG ?" C'est assez horrible, mais je ne me sens pas différent. A part pour l'odeur. Un groupe de cinq ou six adolescents passe à côté de nous, fronce le nez et nous dévisage. J'hausse une épaule avec un sourire moqueur, jusqu'à ce qu'ils se tournent tous les uns vers les autres. Les coups partent tout seul, et je serais incapable de dire qui a frappé le premier : mais ça se répand comme une traînée de foudre. Tous ceux qui semblent passer à côté de nous sont comme possédés, ils se jettent les uns sur les autres. Je recule prudemment pour laisser un duo de filles en train de se cogner dessus. "Je m'attendais à mieux, comme effet." J'admets, en me tournant vers ma nouvelle partenaire. Je la choppe par le coude et je l'entraîne ailleurs : sur notre chemin, tout le monde commence à se taper dessus. Je dis rien, mais j'en pense pas moins : j'aime pas la violence. La violence verbale, c'est mon kiff, what gets me going, de la masturbation cérébrale, comme on dit. Avec des mots bien choisis et des réponses du tac-au-tac, ça me plaît. Les coups, tout le monde peut les porter. Les mots, y'a pas grand monde qui sait les manier.
On marche pendant cinq minutes, et au bout d'un moment, je me rends compte que les gens arrêtent de se battre. L'odeur horrible a disparu, donc j'imagine que les effets se sont dissipés. Je choppe une nouvelle fiole des mains de la fille : emplie d'un liquide bleu foncé, translucide. "A toi l'honneur, cette fois." Je la lui tends. Puis je fronce les sourcils. C'est quoi, son prénom, déjà ? Soit j'ai zappé, soit elle ne me l'a jamais dit. "A la tienne, Miranda." Je mets une seconde avant d'expliquer. "T'as une tête à t'appeler comme ça."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 60
Points d'expériences : 1601

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Perséphone
Niveau: 4
Les pouvoirs: Terrakinésie - Communication par les plantes - Nécromancie
Voir le profil de l'utilisateur




Maddison P. Cain
Percy Jackson Ҩ Member
Dim 18 Déc - 21:13
Les hommes et les femmes prônaient la violence avec une telle ferveur qu’Arès n’en serait que plus heureux, elle en était certaine. Certes, elle n’appréciait pas particulièrement les Dieux Olympiens mais elle ne les détestait guère farouchement comme certains Insurgés. Elle avait rejoint ce mouvement pour une seule et unique raison : elle ne se plaisait nullement à la colonie des sang-mêlé.  Elle ne s’était jamais sentie « à la maison ». Alors que les Insurgés lui avaient semblé bien vite comme une évidence. Ajoutons à cela qu’un enfant d’une Divinité l’aidait à comprendre sa schizophrénie, et à tenter de la maîtriser du mieux qu’elle pouvait. Quant à Persiphaé, elle appréciait grandement les Insurgés en raison de la possibilité de s’opposer symboliquement à Perséphone. Cependant, ce soir, Maddison n’était pas de sortie. C’était Persiphaé qui remportait en tout point le round, voire toute la semaine.

Par conséquent, la brunette afficha une moue boudeuse désappointée quand son compagnon de fortune n’appréciait nullement l’effet de la première potion. Elle avait pensé trouver là un compagnon de choix pour la soirée, mais elle s’était trompée il semblerait. Ou alors, était-il comme beaucoup, uniquement intéressé par la Chair et les Excès, et nullement le Sang et la Rage. Pourtant, dans ces deux mouvements, elle trouvait qu’il y avait un charme passionnel excitant. Seuls les initiés à ce genre de pratiques comprennent, elle le savait. Lorsque  l’effet de la potion à l’odeur âcre se dissipa, certains sortaient de leur torpeur – alors que d’autres continuaient leur bain de sang. Sans attendre davantage, son compagnon qui venait de la décevoir tendit une potion bleuâtre. Un sourire taquin illumina soudainement son visage : elle savait cet effet-ci, et déjà ses yeux brillaient.

« Je ne pensais pas la prendre de sitôt, mais soit ».

Très vite, les couches de vêtements disparurent au fur et à mesure. Le jeune homme avait eu une occasion de voir les sous-vêtements extrêmement sensuels de la demoiselle. On sentait qu’elle avait prévu bien des choses dans son séjour au sein de ce Festival. En ce premier jour, elle avait opté pour un ensemble dentelle noire qui ressemblait à un sorte de "top" mais extrêmement décolleté, se résumant à des bouts de ficelles nombreux, avec un bas qui prenait une forme de cœur dès qu'elle se retournait.  Elle avait espéré réserver la surprise de sa lingerie à son amant – ou amants- de soirée, mais voilà que la dite surprise était gâchée aux yeux d’un potentiel « plan Q ». Cependant, la dite surprise s’effaça bien vite pour laisser place à ses deux boutons mates qui juraient avec sa peau caramélisée. Les dits boutons qui se dressaient, fiers et durs, au fur et à mesure que les yeux bleus de la belle s’égaraient sur la nudité des différentes personnes qui l’entouraient. Elle voyait chaque corps, chaque courbe, chaque beauté et chaque défaut. Certains la dégoutaient totalement, alors que d’autres ne lui donnaient que des pensées des moins catholiques.

- Be Fucking Nice … Hm, lut-elle le tatouage du garçon situé à sa hanche avant de diriger sans honte et sans dissimuler son regard vers l’entrejambe de ce compagnon, jaugeant discrètement la taille ou l’épaisseur ou la « beauté » de la « chose ». Elle se disait qu’il y avait potentiellement là un bon amant, mais c’était trop tôt à déterminer, et il y avait surtout « trop » de potions à essayer avant. A la fin de la soirée, je te dirais exactement comment m’appeler[b][/b], finit-elle par dire avec un sourire malicieux, l’esprit de plus en plus échauffé de mille et une idées.

Elle se retourne sans aucune honte, dévoilant cette fois-ci son adorable fessier galbé – sciemment, évidemment – afin d’observer entre autres des potentiels hommes à séduire. La mission principale de la dite potion était de trouver l’amant répondant en tout point à certains critères physiques. A voir si ce garçon partageait la dite vision.

- J’aime les hommes… avec certains attributs, finit-elle par dire en s’approchant de lui avec ces vêtements invisibles. Disons que la potion doit m’aider à choisir le meilleur coup ce soir. Elle n’était plus qu’à quelques millimètres de lui. Ou « les » différents coups, testant un tantinet à quel point ce garçon pouvait être dévergondé ou sage. ET toi, tu ferais quoi maintenant que tu vois tout le monde aussi nu qu’un premier jour … hm ? Juste regarder, et critiquer. OU regarder et choisir. Ou regarder, bander et te masturber ?

L’effet de la potion durait un tantinet plus longtemps, par contre. Car elle avait été claire avec les sorcières : on ne choisissait pas en « dix » minutes. Au loin, elle voyait déjà les premières victimes de la première potion, un tantinet en sang par endroit mais aux sens tout autant échauffés, ou totalement abasourdis. Des êtres soient trop passionnés, soient très dociles. Elle finit par enlacer de ses bras les épaules de ce garçon, pour plonger son regard dans le sien.

- Alors, que faisons-nous ? Ton choix de potion, ta décision. Be Fucking Nice, okay ?



Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
1.04 - You look like Me [Nevh]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Percy Jackson RPG :: A la découverte du monde :: États-Unis-
Sauter vers: