« A winner is a dreamer who never gives up »
Tumblr we ♥ pj rpg.Level Up!talents treesQuests and missionsThe PleiadesSpécial AbilitiesDivine ShopTerritorial warThe Bestiary
A savoir
# Enfants de dieux mineurs/génésiens débutent niveau 3, 2 pouvoirs.
# De nouveaux pvs de dieux sont libres ainsi que Perséphone, Arès, Aphrodite, Eos, Apollon !
# Ne manquez pas le nouveau bestiaire et l'annexe spécial "astraïens"

Les initiations

▽ Si vous souhaitez créer un assassin, un berserker, un spécialiste des arts martiaux ou peut-être un nécromant, un anarchiste, un artilleur et bien d'autres, alors n'hésitez pas à jeter un coup d’œil aux initiations des arbres de talents !
WANTED POSTER

■ Wanted PJiens, PJiennes, la traque est lancée autant chez les pro-olympiens, que les insurgés. C'est la guerre, il n'y a plus de limite en terme d'horreurs. Voici les récompenses capture.
□ Pour les divinités supérieurs | 300 PE de base - 500 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne Ouranos, Zeus, Poséidon et Hadès)
□ Pour les divinités | 300 PE de base - 450 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne olympiens, astraïens, dieux mineurs, astraïens)
□ Pour les chefs de camp | 300 PE de base - 300 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ chefs de brigade | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les êtres surnaturels | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les soldats insurgés, grecs et romains | 200 PE de base - 200 PE pour la fuite ou la capture définitive.
● Nota Bene ●
○ Les parques ont mis fin à l'ascension de Chaos en le renvoyant dans le néant ○ Zeus est de retour sur l'Olympe ○ Ouranos fait appel aux "anciens déchus" d'autres astraiens pour mener la guerre contre les olympiens ○ La "Grande Guerre" est lancée ○
○ Relancement du Wanted; Zeus et Ouranos lance la traque de leurs ennemis ○ Les grecs et les romains sont en désaccord pour la guerre des territoires ○ Les deux camps (grec et romain) sont également en compétition, pour la récompense honorifique ○
Percy Jackson RPG
« Out in the city, in the cold world outside, i don't want pity, just a safe place to hide. »

 :: A la découverte du monde :: États-Unis :: Los Angeles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I.04 There's a big black sky over my town ♢ Beau - Terminé

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Nombre de messages : 1136
Points d'expériences : 2134

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: AURORE / EOS
Niveau: 12
Les pouvoirs: (Héliokinésie) Absorption solaire : Du fait de son lien étroit avec le soleil, il est capable d’absorber l’énergie solaire, ce qui lui permet de diffuser de la chaleur, de la lumière, ainsi que des ondes électromagnétiques. A l’instar, d’un panneau photovoltaïque, il absorbe tout au long de son exposition au soleil cette énergie pour ensuite la transformer. Ainsi, il peut faire en sorte de dégager une chaleur importante (par exemple) ou alors une lumière aveuglante (par exemple) ou même destructrice, ainsi que de créer autour de lui, générer et manipuler des énergies électrostatiques (par exemple). Lumière régénératrice : Lors des combats, il active ce pouvoir comme un pouvoir de zone. Son corps dégage de la lumière chaleureuse et il soigne les personnes qui sont proches de lui. Le pouvoir est moins puissant quand il soigne plus de personne d'un coup. Il est aussi capable de se soigner lui-même lorsque la blessure n’est pas trop importante et qu’il peut encore se concentrer pour créer cette zone de lumière régénératrice.
Voir le profil de l'utilisateur




Beau C. Hamilton-King
Vengeful son ☾ Membre des Argonautes ☼
Ven 9 Déc - 6:18
¤ 20 novembre 2016 - Il se doutait déjà d'avance, ce que la jeune femme allait lui dire. Qu'il allait une nouvelle fois s'enfuir, fuir ses responsabilités, etc. Seulement il valait mieux cela, non ? Sa réflexion était certainement manichéenne. Tout simplement binaire. C'était sans doute trop fragmenté d'un point de vue cognitif. Le noir ou le blanc, le bien ou le mal. En fait tout ceci dépendant aussi du point de vue dans lequel on se trouvait. Oui, il avait été particulièrement nul durant les quinze dernières minutes. C'était certainement pour cela qu'il voulait fuir le regard de la jeune femme. Finalement, dans le fond ils ne se connaissaient pas. Alors, pourquoi passait-il autant de temps ensemble ? Pourquoi s'évertuaient-ils à vouloir essayer de construire quelque chose, un semblant de relation qui pour le moment était impossible. Oui, il le savait. Sa réflexion était bien trop biaisée et bien trop simpliste. Les relations humaines étaient bien plus compliquées que cela et dépassait même parfois les attraits de la guerre. Il fallait simplement voir le mythe d'Aphrodite - l'horrible et affreuse Aphrodite - et son amant Arès. Finalement, dans tout cela, est-ce que l'amour n'avait pas triomphé de la guerre.

Il n'avait pas eu le temps d'ouvrir la porte pour accéder au pallier que la jeune femme aux origines asiatiques, s'interposa entre, lui et la porte d'entrée de l'appartement. Elle n'avait pas l'air de vouloir qu'il parte. Elle restait comme cela bloquée devant lui et commençait sa sérénade. La fameuse sérénade qu'il attendait. Cette de la lâcheté dont il pouvait faire preuve - selon elle - et tout ce qui pouvait s'y associer de prêt ou de loin. Il ne disait pas un mot. Il écoutait attentivement la jeune femme tout en la regardant dans les yeux. Ses yeux avaient repris un peu de pep's. Ils avaient perdu cette mine triste, maussade, las pour remplacer celle de la nouveauté et de l'excitation. Tout d'abord, parce que dans le fond, il espérait bien qu'elle le rattrape. Ils n'avaient pas vraiment fini leur discussion et de deux parce qu'elle lui disait ce qu'il avait envie d'entendre. Il ne savait pas si elle faisait cela pour lui faire plaisir ou pour avoir la paix ou tout simplement parce qu'elle le pensait réellement. Mais en tout cas, cela faisait plaisir au jeune homme. Elle posait sa main contre son sternum, comme précédemment juste avant qu'elle ne l'embrasse. Il ne s'attendait pas cette fois-ci à une effusion de sentiment, mais au moins, elle essayait de le retenir. Elle voulait qu'il reste.

Il se détendait et écoutait toujours attentivement la jeune femme. Oui c'est vrai qu'il avait souvent recours à la violence... Mais ... Puis soudain son discours devenait presque... Compatissant. Agréable, aimant. Il n'avait peut-être pas compris la jeune femme. Certainement. Sans doute, vu qu'il ne savait pas vraiment comment réagir avec elle, alors que pourtant, c'était le roi de la manipulation du calcul. Il adorait mener la danse. C'était ainsi et pas autrement. Il devait mener. Sinon cela le paniquait et il faisait n'importe quoi. Et c'était ce qui était en train de se passer avec la jeune Brooklyn. Il faisait n'importe quoi parce qu'il ne savait pas réellement comment gérer la situation. Seulement, elle lui disait qu'il n'avait pas compris et qu'il mélangeait tout, mais elle aussi. Il ne l'avait jamais pris pour une manipulatrice. Sinon cela ferait bien longtemps qu'il en aurait terminé avec elle. Il ne devait pas avoir de pitié pour ces genres de personnes et surtout pour les personnes appartenant au camp adverse. Il avait, ce pouvoir, assez de pouvoir pour tuer quelqu'un, alors il n'aurait certainement pas hésité avec qui que ce soit d'autre... Mais là c'était différent. C'était Brooklyn. C'était celle qui lui avait mis la tête complètement à l'envers quelques minutes plus tôt dans la ruelle. Celle qui lui avait fait ressentir des choses qu'il ne pensait pas être capable de ressentir. Des choses enfouies au fond de lui. Vraiment très enfouies.

Et puis voilà que venait la sentence et l'ultimatum. Elle venait de laisser le champ libre pour que le jeune homme disparaisse et aille rendre hommage à sa grand-mère, seulement la jeune femme venait de faire un serment qui engageait bien plus que sa vie. C'était son honneur, c'était tout seul quelque chose que l'on devait prendre à la légère. Jamais un serment comme celui là ne devait être brisé... Sinon attention aux conséquences qui pouvaient être vraiment désastreuses. La main sur la poignée de la porte, il desserrait son emprise pour finalement soupirer fortement et se retourner vers la jeune femme. « Je ne voudrais pas que tu aies à rompre ton serment sur le Styx ! » se permettait-il avec un peu d'humour. Mais il reprenait très vite un air sérieux, mais doux malgré tout. « Tu dis que je mélange tout, mais j’ai également cette impression de ta part. Je pense que l’on devrait tout reprendre à zéro et repartir sur des bases plus saine, non ? Qu’en penses-tu ? un léger sourire en coin laissait transparaitre qu’il n’y avait pas de danger, mais l’expression de son visage exprimait bien le sérieux de la conversation. « Et promis, je n’utilise plus mes pouvoir contre toi ! » il avait clairement abusé. Et il le savait. Il s’excuserait certainement une nouvelle fois lors de leur discussion. En attendant, le jeune homme retournait s’asseoir là où il avait ingurgité le poison qui l’avait paralysée – et rendu complètement fou de rage.

Il restait regarder Brooke avec beaucoup d'attention, d'intérêt. Il espérait que la jeune femme accepte de faire table rase. Il savait très bien, que cela n'allait certainement pas être simple pour elle, mais il allait tout faire pour que la jeune femme croit en la sincérité de ses intentions et de ses sentiments, parce que c'est ce qu'il essayait de faire transparaitre, certainement très maladroitement depuis le début. Une chose était certaine, il ne voulait pas la perdre. Et surtout pas pour des conneries de communication, d'égo et d'incompréhension de la part de l'un et de l'autre. C'était impensable. Tout bonnement impensable.





_________________
    ∞ Nil sine numine
    Vivere militare est △ Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 1089
Localisation : Quelque part au bunker (a)
Points d'expériences : 1427

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Helios
Niveau: 11
Les pouvoirs: Absorption solaire, régénération par la chaleur
Voir le profil de l'utilisateur




Brooklyn S. Hathaway
La furie hawaïenne ☼ Membre d'Équinoxe ☯
Sam 10 Déc - 1:00
¤ 20 novembre 2016: J'avais la sensation que le temps passait au ralenti, pourtant ce n'était pas le cas. C'était le moment décisive pour tout les deux, mais quand il posa sa main sur la poignée, je me disais déjà que tout était terminé. Que je pouvais déjà remballer mes affaires et partir en oubliant cette journée et toutes les autres qui l'ont précédés.  Avais-je au moins eu mes réponses ? Sûrement pas celle que je voulais, mais j'allais devoir faire avec. Je n'osai même plus faire un geste, j'étais paralysée, puis finalement je l'entendis soupirer et sa voix m'arracha un haussement de sourcil. Rompre ? Je captai son ton marqué par l'humour, mais il semblait tout à faire sérieux, même quand il me proposa de repartir à zéro. Donc, il ne partait pas finalement ? J'avais très envie de lâcher un soupire de soulagement, mais je me retins. Ces paroles eurent l'effet d'un remède contre la pression qui me taraudait, je me sentais déjà plus légère, car maintenant j'avais la certitude qu'il y avait encore de l'espoir. Ce n'était pas dans mon caractère de pardonner facilement, de tirer un trait sur les nombreuses erreurs d'autrui. Bien au contraire, les gens qui me décevaient, je préférais tout simplement les oublier, les exclure de ma vie. Je n'étais pas adepte des mauvaises ondes et j'évitais les problèmes. Beau, lui, il m'intriguait beaucoup trop pour que je décide de tourner les talons sans me retourner. Il faisait parti des personnes qui méritaient d'avoir une autre chance et puis, dans cette histoire, il n'était pas le seul fautif. Je ne dis rien, pas toute suite. Et puis, il y avait eu cette promesse et j'avais la sensation qu'il était sincère. En tout cas, il était certain que je n'oublierais pas ce serment.

Je m'animai enfin, pour faire le tour de la petite table et m'asseoir sur le canapé. C'était étonnant de voir les choses évoluer si vite, il était passé de la colère à un comportement agréable en l'espace de quelques minutes. Quant à moi, j'étais prête à tirer un trait sur nos derniers épisodes désastreux, comme ci je pouvais refuser, franchement. Je m’attelai déjà à le faire rester ici, je n'allais sûrement pas le repousser. À y réfléchir longuement, il était possible que je ressente une certaine crainte, cela signifiait que les choses devenaient plus sérieuses, mais j'étais également très curieuse. Je le souriais, avant de hocher positivement la tête. « J'accepte, c'est une idée qui me plaît. » Je me laissai aller contre le dossier en croisant légèrement les jambes, puis je l'observai. Je n'osai même pas lui proposai un nouveau verre, il valait mieux oublier cette première proposition désastreuse. Au lieu de ça, je préférai aborder un sujet plus important. « Et donc ? Ton invitation tient toujours ? Comment ça se passe ? » Bien sûr, je parlais de son invitation à le rejoindre chez les insurgés, déjà parce que je me posai beaucoup de questions et puis, j'avais également un peu peur d'arriver chez eux comme une fleur. Je me disais également qu'il était chanceux pour moi de n'avoir jamais participé à une bataille, ni aucune confrontation avec eux. Cela allait sûrement faciliter certaines choses comme mon intégration. Je joignais mes mains, visiblement anxieuse en fixant le sol. « Ils vont devoir m’interroger, c'est ça ? »

Il était visible maintenant que j'envisageai de changer de camp, mais était-ce de la traîtrise ? Krys allait vraiment m'en vouloir, c'était certain. Je levai les yeux vers lui pour voir sa réaction et peut-être me rassurer. Je tenais tout de même à éclaircir les choses concernant ce changement. « Je sais très bien où est pas ma place, depuis quelques temps. Je suis maintenant au courant pour mon père et je ne peux plus faire semblant de me sentir chez moi à la colonie. Je voulais attendre avant de rejoindre les insurgés, tout simplement parce que je ne sais pas comment m'y prendre. Alors si tu me guides, j'accepte volontiers ! » C'était un monde bien plus mystérieux et j'allais bientôt en faire partie, mais ma pensée allait directement à mon frère. Lui, je pouvais le gérer et puis, il était de mon sang, il était temps que je rejoigne également ma famille. En quittant la colonie ce matin, je n'avais sûrement pas prévu un tel revirement de situation. J'avais également conscience que beaucoup de choses allaient changer, comme le sentiment de mes amis envers moi, envers mon choix.


_________________

« Entre l’exigence d’être clair et la tentation d’être obscur, impossible de décider laquelle mérite le plus d’égards. »

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 1136
Points d'expériences : 2134

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: AURORE / EOS
Niveau: 12
Les pouvoirs: (Héliokinésie) Absorption solaire : Du fait de son lien étroit avec le soleil, il est capable d’absorber l’énergie solaire, ce qui lui permet de diffuser de la chaleur, de la lumière, ainsi que des ondes électromagnétiques. A l’instar, d’un panneau photovoltaïque, il absorbe tout au long de son exposition au soleil cette énergie pour ensuite la transformer. Ainsi, il peut faire en sorte de dégager une chaleur importante (par exemple) ou alors une lumière aveuglante (par exemple) ou même destructrice, ainsi que de créer autour de lui, générer et manipuler des énergies électrostatiques (par exemple). Lumière régénératrice : Lors des combats, il active ce pouvoir comme un pouvoir de zone. Son corps dégage de la lumière chaleureuse et il soigne les personnes qui sont proches de lui. Le pouvoir est moins puissant quand il soigne plus de personne d'un coup. Il est aussi capable de se soigner lui-même lorsque la blessure n’est pas trop importante et qu’il peut encore se concentrer pour créer cette zone de lumière régénératrice.
Voir le profil de l'utilisateur




Beau C. Hamilton-King
Vengeful son ☾ Membre des Argonautes ☼
Lun 6 Fév - 1:50
¤ 20 novembre 2016 - Il venait de nouveau de s'installer dans le canapé qui l'avait retenu prisonnier quelques minutes avant. Posant son coude contre l'accoudoir prévu à cet effet, il déposa sa tête et plus précisément ses tempes entre son pouce et son index. Il essayait de réfléchir. Ou du moins de repasser l'ensemble des évènements de cette journée qui fut… On peut le dire de façon complètement honnête aussi désastreuse qu'imprévisible. Comment avait-il pu laisser tout cela, dégénérer à ce point ? Comment avait-il pu devenir cet homme rempli d'une rage folle, complètement incontrôlable, qui n'avait rien à envoyer aux psychopathes tueur d'enfants ? Il essayait de retracer cette journée… Il essayait de… Mais à chaque fois, c'est comme si des bribes de sa mémoire se dérobait. Ne vous méprenez pas. Il savait très bien ce qu'il avait fait et ce qui avait mené à ce qu'il réagisse ainsi… Et même si parfois il pouvait être vindicatif, colérique et intolérant, imprévisible… Comment et pourquoi avait-il pu réagir de la sorte avec Brooklyn ? Il ne comprenait pas. Vraiment pas. Et pourtant il essayait de comprendre.

Jamais auparavant, une personne ne l'avait mis dans un état pareil. Jamais. Il se targuait d'être intelligent, manipulateur et calculateur. Qu'il avait toujours quelques coups d'avance sur tout le monde et qu'il ne perdait que rarement son sang froid. Et pourtant, ces derniers temps… La jeune femme le mettait dans tous ces états. C'était comme si… Comme si elle arrivait à le percer. À voir, à travers l'ensemble des carapaces, des couches de protections qu'il avait soigneusement construites au fur et à mesure de sa vie. Comme si elle était capable de lire dans son âme de façon complètement anodine, aussi facilement qu'elle pouvait ouvrir un livre. Et dans le fond, il le savait. Il savait que c'était cela qu'il redoutait. Qu'elle en soit véritablement capable. C'était sans doute pour cela qu'il réagissait ainsi. Afin de brouiller les pistes ?

Il ne parlait pas très bien français, mais il y avait une chanson d'un groupe de ce qui se rapprochait le plus du rap qui lui venait tout de suite en tête « Voyou » du groupe ‘FAUVE'. C'était un peu ça… Il n'était qu'un sale type, une sale bête et surtout il ne s'était jamais réellement accordé quoi que ce soit et surtout pas de sentiments amoureux ou de sentiments qui pouvaient, s'en rapprocher avec qui que ce soit. Alors, oui peut-être qu'au Bunker, il avait la réputation d'être comme une sorte de Don Juan qui flirtait avec toutes les filles, qui n'était pas complètement « réglo » et qui s'amusait plus qu'autre chose. Il ne s'était jamais autorisé autre chose. En même temps, il fallait le dire… Aucune fille n'était réellement à la hauteur de ses espérances. C'était sans doute bête, mais la seule chose sensée que son père lui avait transmise était une citation d'Oscar Wilde « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles ». Etait-ce un clin d'œil furtif pour la seule femme qu'il avait réellement aimé, sa mère ? Dans le fond il l'espérait. Et c'était ainsi qu'il menait ses relations. Toujours, rechercher le meilleur, la perfection. Et pour l'instant il ne l'avait aucunement trouvé. Mais peut-être qu'avec Brooke ?

À vrai dire, il n'en savait pas grand-chose… Il n'était pas habitué à tout cela. Et il ne fallait pas s'appeler Einstein pour savoir, que la manière dont il s'était comporté avec la jeune brune et fille d'Hélios n'était pas la façon la plus approprié pour lui faire « la cour ». Et en même temps… Devait-il s'excuser ? Du moins tout de suite et sur-le-champ ? Il ne le pensait pas non plus. Ce n'était pas le moment de remettre de l'huile sur le feu. Ils avaient décidé d'un commun accord – tacite – de remettre l'ensemble des choses à plat et de repartir à zéro et c'est ce qu'ils allaient faire. Il s'excuserait un autre jour. Ils en parleraient très certainement. Il en était certain. Ils ne pouvaient pas en rester là, sans que – si jamais ils formaient un couple à l'avenir – cela ne nuise à leur relation. Et il ne fallait pas avoir un master en psychologie de couple pour comprendre cela.

La tête toujours entre son pouce et son index, il repensait aussi à la raison première qui l'avait amené ici. Allait-il finalement pouvoir rendre hommage à sa grand-mère une dernière fois ? Il savait quelle heure il était précisément. Il restait encore une demi-heure avant le début de la cérémonie religieuse. Il espérait avoir encore le temps. Sinon, ce n'était pas grave. De retour au Bunker, il ferait une offrande à sa manière afin que sa grand-mère puisse atteindre les champs élyséens sans difficulté.

Toujours un peu dans la lune, il entendait en bruit de fond la voix de la jeune femme avec qui il venait de se battre. Il ne répondait pas tout de suite à ses questions. Il savait très bien ce qui l'attendait, mais il préférait attendre un peu avant de lui faire trop peur. Mais très vite la jeune femme renchérie sur sa vie, ses futures orientations, ses questionnements et les réponses qu'elle avait réussies à y apporter seule. Il décrocha sa tête de sa prise « pouce-index » pour tourner son visage, avec une expression bienveillante vers la jeune femme. Il avait certainement été trop dur avec elle. Oui. C'était certain maintenant. Pourquoi avait-il employé la force ? Franchement ce qu'il pouvait être bête…

Afin de détendre un peu l'atmosphère et de réellement repartir de zéro, il demanda à celle qui lui procurait des trucs bizarres dans le cœur « Ça ne te dirait pas qu'on prenne un vrai verre de Whisky ou d'autre chose et après je répondrai à toutes les questions que tu peux te poser sur les insurgés » Après que cette dernière soit revenue s'installer à ses côtés avec deux nouveaux verres remplis de la liqueur ambré, le jeune homme prenait directement le verre et sans une once d'hésitation, buvait cul-sec l'ensemble du verre. « Pour être totalement franc avec toi, je n'aime pas vraiment le whisky. Et tout à l'heure, si j'ai pu dire qu'il avait effectivement un bon gout, c'était pour être poli avec toi. À vrai dire, pour mon palais tous les whiskys se ressemblent. Je suis plutôt vodka. » déclarait-il avec un large sourire. Après cet interlude sur le ton de la rigolade, le jeune homme se détourna du regard de la jeune femme pour s'affaisser complètement contre le dossier du canapé et fixer le plafond. « Bon… Abordons les sujets sérieux maintenant. Oui. Tu seras interrogée. Par un demi-dieu assez puissant. Il vient seulement d'arriver au Bunker, mais nos chefs ont l'air de lui faire entièrement confiance. Je ne le connais pas personnellement, mais il est connu pour être quelqu'un d'assez impartial, droit, franc. Tu n'as pas à t'inquiéter pour cela. Et puis, je viendrai témoigner également en ta faveur, avant qu'ils ne t'emmènent, pour l'interrogatoire. Donc tu n'as pas de soucis à te faire. Cela ne sera qu'une simple formalité. J'en suis persuadé. Et puis, tu es une Astraïenne. Ta place est auprès de nous. » finissait-il par déclarer, avant de rajouter « Ta place est auprès de moi. » En disant cette dernière phrase, il se tournait vers la jeune femme, approchait son visage de cette dernière et déposa ses lèvres contre les siennes pour l'embrasser. Tout comme la première fois, son cœur s'emballait et la tension sexuelle qui se dégageait entre les deux demi-dieux étaient plus que palpable.

Il arrêtait de l'embrasser pour la regarder, droit dans les yeux et lui dire distinctement « Je sais que je ne me suis pas comporté de la meilleure façon, qu'il soit avec toi… Je crois que tu me perturbes. Tu es la seule à réussir à voir, à travers… À voir qui je suis réellement et cela m'effraie autant que cela me rend colérique. Non pas contre toi, mais plutôt contre moi-même. Je n'ai jamais réellement eu l'habitude de… » Il laissait sa voix s'évanouir. La fin de sa phrase était en suspend. Il savait qu'elle avait compri ce qu'il voulait lui dire. Après, de là à ce qu'elle lui pardonne c'était une autre paire de manche. Mais chaque chose en son temps. Il fallait y aller progressivement.
 
C'est ainsi qu'il ne laissait pas la jeune femme répondre ou répliquer, qu'il l'embrassait de nouveau. Aussi, fougueusement que sa passion pour elle le lui permettait.





_________________
    ∞ Nil sine numine
    Vivere militare est △ Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 1089
Localisation : Quelque part au bunker (a)
Points d'expériences : 1427

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Helios
Niveau: 11
Les pouvoirs: Absorption solaire, régénération par la chaleur
Voir le profil de l'utilisateur




Brooklyn S. Hathaway
La furie hawaïenne ☼ Membre d'Équinoxe ☯
Mer 8 Fév - 21:49
¤ 20 novembre 2016: Je venais enfin d'avouer à haute voix, ma volonté de rallier la cause des insurgés et je ne pouvais plus faire marche arrière. Mes paroles coulaient comme une cascade, sûr de moi, mais petit à petit le silence de Beau m'inquiétait. Peut-être ne souhaitait-il plus me voir chez les insurgés ? Et voilà que je recommençais à me tourmenter de doutes incessants, encore et encore. Je baissais les yeux sur mes mains, en fronçant légèrement les sourcils. J'avais pourtant appris à ne plus me prendre la tête et surtout, à ne plus m'attacher pour ensuite me retrouver avec ma meilleure amie, la solitude. Elle... Elle ne me quittait jamais, depuis ma naissance. Elle était collante, étouffante et ennuyante, pourtant elle ne me trahissait jamais, c'était certain... Je ne me sentais pas toujours à la hauteur et ce sentiment revenait au galop. Je n'étais pas spéciale, ni plus intelligente qu'une autre, je n'avais pas vraiment de talent particulier. Je devais juste m’efforcer d'être plus têtue, de prendre mon courage à deux mains quand la peur me torture les entrailles et d'être plus raisonnable quand il le faut. Je vivais au jour le jour, sans chercher à me projeter, car j'avais tout simplement peur de l'avenir, peur d'être déçue. Au final, je m'isolai moi-même, cherchant soi-disant à me ressourcer, mais j'échappai encore à une possible souffrance. Après tout, s'il avait changé d'avis, je ne comptais pas m'apitoyer sur mon sort. J'allais tous simplement recommencer à avancer. On dit que les souffrances et les échecs rendent plus fort... Moi je dis qu'ils rendent encore plus abîmés, encore plus méfiants. On a alors plus confiance au genre humain et à la vie, on s'attendre forcément à une autre mésaventure. J'ignorai si j'avais confiance en lui, je savais juste qu'il m'intriguait et que je voulais le découvrir d'avantage.

Avec Beau, j'avançais selon ce que mon cœur me dicte, parce que j'avais le sentiment que ça en valait la peine. J'avais très envie de lui faire confiance et de me confier à lui. Je me disais qu'au final, je ne pouvais pas passer ma vie dans ma coquille, telle une huître. En l'observant de plus près, je me sentais encore plus petite. Il était à la fois fascinant et frustrant. Comment pouvait-il être aussi grand ? C'était normal ça ? Il devait plus tenir de la forme divine de sa mère, ce n'était pas possible autrement. J'aimais bien ses yeux, j'aimais bien le voir en colère aussi. Je devais être maso, mais un garçon trop gentil m'aurait sûrement ennuyé. Il était intelligent, beau, bien éduqué, caractériel, c'était cruel d'avoir un homme comme ça dans son salon... ça devait donner au lit. Je sursautai subitement en rougissant littéralement quand il me demanda de lui servir un verre. Je me levai sans rien dire, les jambes un peu en coton. Il ne lisait pas dans les pensées au moins... bien sûr que non. À moins qu'il m'avait caché un autre pouvoir. Je pris son premier verre pour le débarrasser et je nous servis un second verre de Whisky. Je haussai légèrement un sourcil à sa remarque sur l'alcool, « Excuse-moi ! J'aurais dû te le proposer avant, puisqu'il me reste une bouteille de vodka dans le bar » à force, il allait me prendre pour une alcoolique, alors que pas du tout...

Maintenant, passons aux choses sérieux. Je voulais dire, en rapport avec les questions sur les insurgés, bien sûr. D'ailleurs, j'avais relevé qu'il ne m'avait pas refoulé ; C'était peut-être un bon présage. Je l'écoutais attentivement, presque à deux doigts de prendre des notes, mais je me ravisais très vite au mot « interrogatoire ». Donc il y en avait bien un... Moi aussi je l'écoutai d'une oreille quand il me décrivait le demi-dieu. Je ne dis rien, je ne laissais rien paraître, mais intérieurement, je m'imaginai avoir affaire à un mec chauve, avec un gros ventre, des cicatrices sur le visage et des tendances perverses... Rien de rassurant. En fait, je me contentai juste de hocher la tête. Je bus une gorgée de mon verre et je le reposai sur la petite table quand Beau prononça sa dernière phrase. Je ne réagis pas toute suite, il fallait le temps que l'information soit entièrement traitée et re-traitée, avant d'être subitement embrassée. Les bisous de toute à l'heure semblait bien chaste à coté de celui là. Moi-même je sentais cette atmosphère bien particulière qui me donnait des frissons dans les reins. Je n'avais plus de souffle, plus rien, je voulais juste profiter de ce moment avant qu'il cesse le baiser. Quand il plongea son regard, je fis de même, toujours troublée. Je le perturbais moi ? Qu'est-ce que je devrais dire ? J'étais touchée par ses mots, j'avais parfaitement compris, il se confiait à moi, sur ses sentiments. Je ne savais pas quoi répondre, j'étais tout simplement émue et en même temps, je me sentais si légère, si sereine.

Il n'y avait pas de mot pour décrire le second baiser. Pour moi, le temps s'était arrêté et mes pensées gravitaient tout autour. Ces lèvres étaient douces et fermes, son baiser était langoureux, il était le témoignage de ce que son cœur renfermait. Je me laissai aller contre lui, en glissant mes bras autour de ses épaules. L'odeur de son after shave m’enivrait totalement et je me laissai porter par cette ambiance, puisque plus rien de comptait à ce moment-là. J'en avais oublié nos précédentes mésaventures, j'avais presque... je dis bien, presque oublié Dominique. De toute façon, là, il était à moi et rien qu'à moi. Plus aucune idée noire ne pouvait entacher ce moment, je me sentais assez niaise pour le coup. C'était à mon tour de couper le baiser, puisque j'avais moi-même une chose importante à lui dire. Je ne voulais pas que ça paraisse mielleux, car ce n'était pas le but. « Quoi que tu dises, quoi tu fasses, ça ne changera pas les sentiments que j'ai pour toi. Que se soit dans les pires moments, que dans les meilleurs. » Il pouvait être casse-pied, grognon, frustrant, blessant, j'avais assez de caractère pour lui tenir tête. J'avais eu un aperçu de sa colère, de sa froideur, de son indifférence et pourtant, j'étais toujours présente. Je finis par lui adresser sourire taquin, avant de glisser doucement mes doigts le long de sa nuque. Je caressai doucement sa peau avec le bout de mes doigts, en passant près de sa gorge, avant de s'aventurer sur le haut de son torse. Mon regard ambré brillait d'une lueur diabolique, avant d'ajouter d'une voix charmeuse. « Bon... On en était où ? Tu me proposais un circuit découverte, non ? C'est très mignon tout ça, mais je ne voudrais pas être déçue à l'arrivée. » Je ris doucement, en penchant légèrement la tête sur le coté. Mes doigts déboutonnèrent doucement sa chemise, dévoilant un torse parfait. Non, il n'allait pas fuir aujourd'hui... Impossible, je le séquestrais s'il le fallait. Je finis par reprendre ses lèvres, dans un baiser à la fois fougueux et enivrant.

Je savais bien que j'avais affaire au diable, mais lui non plus n'était pas au bout de ses peines. Était-il vraiment sûr de savoir où il m'était les pieds ?


_________________

« Entre l’exigence d’être clair et la tentation d’être obscur, impossible de décider laquelle mérite le plus d’égards. »

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 1136
Points d'expériences : 2134

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: AURORE / EOS
Niveau: 12
Les pouvoirs: (Héliokinésie) Absorption solaire : Du fait de son lien étroit avec le soleil, il est capable d’absorber l’énergie solaire, ce qui lui permet de diffuser de la chaleur, de la lumière, ainsi que des ondes électromagnétiques. A l’instar, d’un panneau photovoltaïque, il absorbe tout au long de son exposition au soleil cette énergie pour ensuite la transformer. Ainsi, il peut faire en sorte de dégager une chaleur importante (par exemple) ou alors une lumière aveuglante (par exemple) ou même destructrice, ainsi que de créer autour de lui, générer et manipuler des énergies électrostatiques (par exemple). Lumière régénératrice : Lors des combats, il active ce pouvoir comme un pouvoir de zone. Son corps dégage de la lumière chaleureuse et il soigne les personnes qui sont proches de lui. Le pouvoir est moins puissant quand il soigne plus de personne d'un coup. Il est aussi capable de se soigner lui-même lorsque la blessure n’est pas trop importante et qu’il peut encore se concentrer pour créer cette zone de lumière régénératrice.
Voir le profil de l'utilisateur




Beau C. Hamilton-King
Vengeful son ☾ Membre des Argonautes ☼
Mar 21 Fév - 3:35

Spoiler:
 


¤ 20 novembre 2016 - Oui, il le savait très bien. Il n'était pas le genre de mec qu'il était facile de fréquenter. À vrai dire, il était même tout son contraire. Il pouvait être froid, calculateur, colérique, sadique, vindicatif, indifférent, même avoir du mépris ou du dégout pour la personne qu'il avait en face de lui. Il ne faisait pas beaucoup d'effort pour se socialiser et était très vite à court de patience. Si ce n'était pas la description du genre idéal ça… Mais il le savait. Il avait toujours eu un esprit vif et un caractère bien tranché. Mais en même temps quand on a une mère vengeresse et un père politicien, héritier d'un empire familial pesant pas loin du milliard – côté bien évidemment en bourse – il ne pouvait en être autrement. Alors, oui heureusement qu'il avait un physique avantageux et que son prénom attirait suffisamment la curiosité pour que les personnes s'intéressent plus de deux secondes, à lui. Il savait en jouer. Et puis sans vouloir se jeter à lui-même des fleurs, il ne se trouvait pas non plus, des plus inintéressants, donc il avait un minimum de conversation. Enfin, non. Ce n'était pas vrai. Il arrivait à avoir un minimum de conversation lorsque la personne en face arrivait à avoir un quotient intellectuel plus important que celui d'une poule. Vous me direz, que cela est facile et pour autant, il en rencontre tous les jours… Cela étant dit, il devait avouer que la relation avec la jeune Brooklyn avait pris des tournures presque… Totalement inattendues. Ce qui commençait tout simplement par une simple bousculade un jour ensoleillé dans Central Park était en train de virer à la liaison amoureuse plus que volcanique. Il ne savait pas vraiment si ce qu'il faisait à l'instant était une bonne chose. Il ne savait pas ce qui allait bien pouvoir se produire à l'avenir et une fois que la jolie brune allait intégrer le camp des insurgés. Mais pour une fois, il ne pensait pas vraiment aux conséquences, mais il suivait ce que voulait son cœur. C'était certainement niais exprimer de cette manière, mais pour la première fois, le digne héritier de l'empire Hamilton-King n'était pas dans le calcul ou dans l'expectative. D'habitude, à l'instar d'un joueur d'échec, il avait toujours deux, trois voir quatre coups d'avance. Là, il ne pensait qu'à l'instant présent et même pas une seule seconde à ce qui pouvait bien advenir de la seconde d'après. Il en avait même complètement oublié la raison de sa venue dans la ville si mythique de Los Angeles et en même temps, heureusement. Quel homme digne de ce nom pouvait réellement et concrètement penser à aller rendre un dernier hommage à sa grand-mère lors d'une cérémonie religieuse et d'une mise en terre alors qu'une sublime créature avec une moitié de sang de déesse déboutonne votre chemise et vous embrasse aussi fougueusement qu'elle aurait pu raviver n'importe quel incendie fraichement éteint en Australie.

Il avait essayé d'écouter attentivement ce que Brooke venait de lui dire, mais il devait l'avouer son esprit et son côté humain – d'homme – était complètement embrumé par ces échanges de baiser et ses mains plus que baladeuse. Il n'avait qu'une seule envie c'était de lui dire de se la fermer et de continuer ce qu'elle était en train de faire. Mais heureusement pour elle ses habituelles longues phrases, ne firent pas apparition ici. Elle avait su restée soft et surtout voulait profiter du moment tout comme le jeune homme qui se trouvait sous elle.

Une fois sa chemise complètement déboutonné, il levait son tronc du dossier du canapé contre lequel il était adossé. Tout en ne lâchant pas ses lèvres un seul instant, il retira sa chemise, afin de se retrouver torse nu. Son corps sculpté tel un dieu grec ou romain n'avait rien à envier à quiconque. Et puis ses entraînements quotidiens avaient également façonné son corps, mais lui avait également donné de la force brute et pure. C'est à ce moment précis qu'il se décidait à l'utiliser. Il se levait du canapé, tout en ayant placé au préalable, les bras de la jeune femme autour de son cou. Ses jambes finirent par s'installer d'elles-mêmes autour de sa taille. Il était maintenant debout. Les deux jeunes demi-dieux continuaient inlassablement de s'embrasser. Il contournait la table basse pour aller contre l'un des murs de son appartement. Le fameux mur qui avait tout à l'heure, reçu le saï de la jeune femme, quelques minutes plus tôt. Lorsque le dos de la jeune femme touchait la cloison, un léger bruit s'échappait de sa bouche. Coincé entre le corps du jeune homme et le mur, sa respiration pouvait commencer à être difficile, mais il ne voulait pas que cela soit désagréable pour la jeune femme, alors il restait la regarder, droit dans les yeux tout en continuant de l'embrasser sur ses lèvres si douces et pulpeuses.

Décrochant sa bouche de celle de sa comparse, il prenait le poignet droit de la jolie brune pour coller son avant-bras contre l'architecture de son appartement. Décalant son visage pour se diriger vers son coup, il commençait à poser ses lèvres délicates contre son cou si fin. Lorsqu'il déposait des baisers, tout aussi enflammé contre la fine couche de l'épiderme de la jeune femme, il pouvait ressentir les pulsations de sa carotide gauche qui augmentait à mesure que ses baisers s'intensifiaient. Pendant deux secondes l'idée que les deux enfants du soleil et de l'aurore s'enflamme en un seul et même corps, faisait frémir d'envie le jeune homme, mais ils risquaient certainement de provoquer un incendie dans l'immeuble et ce n'était pas vraiment ce dont ils avaient besoin ni l'un, ni l'autre aujourd'hui. Continuant délicatement d'embrasser la jeune femme, à mesure que le temps passait, il explorait de ses lèvres l'ensemble de l'anatomie de la gaine viscérale du cou de la jeune femme, ressentant l'ensemble de ses reliefs – tantôt musculaire, tantôt vasculaire, tantôt cartilagineux.

Il se dégageait de contre la cloison pour se retrouver au milieu de la pièce. Retrouvant le chemin des lèvres de la jeune fille, il se souvenait avoir entre-aperçu la chambre qui se trouvait derrière lui. Il avait un très bon équilibre et une très bonne vision dans l’espace, ce qui lui donnait une facilité à calculer les distances et les itinéraires à parcourir. Sans doute dû à sa pratique assidue des art-martiaux, c’était aujourd’hui quelque chose de complètement inné chez lui. Il n’avait même plus besoin de réfléchir pour les mettre en application. C’était de l’ordre du réflexe, comme une seconde peau.

Se retrouvant dos à une porte, il réussit facilement a enclencher la poignée pour permettre l'ouverture sur la pièce. Même si elle était quelque peu entre-ouverte, le jeune homme n'était pas en position de réfléchir. Et puis il valait mieux utiliser la poignée pour bien se diriger dans ce nouvel environnement qu'il n'avait pas encore eu le temps d'observer, plutôt que de tomber. Cela leur éviterait de nombreux bleus et surtout de les couper dans leur élan – ce qui serait sérieusement dommage. Il venait alors dans un mouvement de cent quatre-vingts degrés, d'apercevoir le lit. Il s'y allongea tranquillement déposant délicatement le corps de son amante sur le dos en premier. Toujours torse nu, c'était à son tour à elle de faire tomber le haut. Lui caressant délicatement le ventre, il levait le chandaille qu'elle portait sur elle pour lui ôter la seconde d'après. Il pouvait maintenant apprécier le haut du corps de la jeune femme et laisser son imagination divaguer et faire le reste du travail. Mais pas pour très longtemps. Rapprochant son corps de celui de la jeune femme, il passait l'une de ses mains dans le dos de cette dernière pour dégrafer son soutien-gorge, laissant ainsi nue sa poitrine. Elle était parfaitement proportionnée – bien que peut être petite – elle satisfaisait parfaitement les yeux du jeune homme qui s'empressait de l'embrasser tout en empoignant les seins de sa compagne de façon aussi délicate que quelqu'un venant cueillir une pomme dans un verger.

Il commençait à sentir leurs respirations mutuelles devenir de plus en plus bruyante et de plus en plus haletante. Signe de leur excitation mutuelle. Ses lèvres et sa langue passèrent de tétons en tétons, pour finir par venir embrasser le sternum et bientôt le processus xiphoïde de la jeune femme. Ses mains toujours positionné sur les seins parfaits de la fille du Soleil, il descendait petit à petit vers le nombril de cette dernière.

Relâchant son emprise de sa main droite et tout en continuant d'embrasser l'abdomen sculpté de la demoiselle, il commençait doucement à débouter son pantalon. Il sentait l'excitation monter de plus en plus en lui. Qui aurait cru quelques instants plus tôt que cette rencontre allait mener à cette situation ? Lui-même ne l'avait pas prédit, mais il s'en fichait. Bien au contraire. Il ne voulait pas penser à cela maintenant. Embrassant amoureusement et langoureusement le corps qui s'offrait à lui, il retirait le pantalon de la jeune femme, laissant découvrir ses jambes parfaites ainsi que son magnifique tanga rouge écarlate. Rouge passion. À croire qu'elle avait presque prévu que cette entrevue se terminerait ainsi. Un sourire satisfait barrait le visage du jeune homme, alors qu'il commençait à embrasser délicatement les reliefs osseux de son bassin pour s'approcher de plus en plus du sexe de sa partenaire de jeu. Son excitation était à son paroxysme et il avait très envie de lui faire plaisir. Cela était indéniable.






_________________
    ∞ Nil sine numine
    Vivere militare est △ Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 1089
Localisation : Quelque part au bunker (a)
Points d'expériences : 1427

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Helios
Niveau: 11
Les pouvoirs: Absorption solaire, régénération par la chaleur
Voir le profil de l'utilisateur




Brooklyn S. Hathaway
La furie hawaïenne ☼ Membre d'Équinoxe ☯
Mer 22 Fév - 18:33
¤ 20 novembre 2016: Plus rien n'avait d'importance, plus rien... Sauf peut-être la sensation incontrôlable de mon propre corps qui se consumait à chaque baisers de ce beau diable. J'étais damnée, je signais la fin d'une vie insipide, pour une autre bien plus trépignante. Toutes ces sensations qui s'entremêlaient étaient à la fois effrayantes, mais tellement agréable. Je ne pouvais déjà plus faire marche arrière et de toute manière, je ne le voulais pas. J'avais le sentiment que notre relation naissante promettait d'être explosive. Le genre de relation qui n'avait rien d'un conte de fée, elle n'avait rien à voir avec ces histoires à dormir debout où tout le monde était heureux jusqu'à la fin des temps. Qui voudrait de ça ? Qui voudrait se perdre dans une histoire aussi ennuyante ? Je ne voulais pas d'une fable, je voulais de l'action, de la fougue, de l'aventure, de la passion. Je le sentais réagir à mes caresses, j'aimais voir son regard s'assombrir sous mes baisers brûlants. Mes yeux brillaient de satisfaction, il l'ignorait encore, mais j'avais gagné. Sur ce canapé, je souris contre ses lèvres, tandis que le fils de l'Aurore retirait sa chemise. Les doigts glissèrent le long de son torse, caressant délicatement le contour de ses muscles. Je ne pensais plus à rien, sauf à ce moment précis, comme pour le graver à jamais dans ma mémoire. je me sentais totalement à l'aise, je n'avais pas de retenue, je me laissais emporter par cette tornade d'émotions et de sensations. Je le sentais se lever et par réflexe, je passais mes bras autour de sa nuque. L'instant d'après, je me retrouver coller contre le mur, alors que je n'avais pas quitté ses lèvres. Il ne fallait pas être devin pour comprendre la suite de ses intentions.

Le chambre se trouvait juste à coté, dont la porte entrouverte laissait entrevoir un grand lit éclairé par la lueur, provenant de la fenêtre. Rien n'avait été emballé, contrairement au reste de l'appartement, sauf quelques affaires sans importance. Je retins un sourire amusé en imaginant sa tête, si la chambre avait été vidé. Cette pensée avait été rapidement rattrapé par un long frisson qui me parcourait l'échine, alors que ses lèvres s'aventuraient le long de ma gorge. J'avais l'impression d'être un véritable brasier entre ses bras, à deux doigts de finir véritablement en flamme. Je priais intérieurement pour que mon pouvoir ne se mette pas à faire des siennes... pas maintenant, pas toute suite.  Je sentais que ma respiration s’accélérait légèrement, alors que mon cœur lui se prenait pour un marteau-piqueur contre ma poitrine. Je glissai mes doigts dans ses cheveux, alors que mes cuisses remontaient contre ses hanches. Une soif irrépressible me taraudait, j'en voulais plus, je voulais sentir sa peau contre la mienne. Je n'avais pas envie de briser ce débat fougueux avec des mots, mais j'étais persuadée que le lit est tout de même plus agréable que la surface plate de ce mur. Impatiente, je laissai échappé une plainte, après que nos lèvres se rencontrèrent à nouveau, tel des aimants.

Beau menait la danse et je n'avais pas d'autres choix que de me laisser guider, entièrement à sa merci. Cependant, je n'avais pas dit mon dernière mot, mais en attendant je le laissais faire, puisqu'il se débrouillait parfaitement bien. Une fois sur le lit, je me laissais emporter par cette frénésie sexuelle qui ne faisait que s'intensifier à chaque fois qu'il arrivait à me débarrasser de mes vêtements. J'étais étonnée de le voir si doux, si attentionné. Je glissai mes doigts dans ses cheveux soyeux, caressant sa nuque, alors que ma peau frémissait sous sa douce torture. Il était trop tard quand je compris ce qu'il avait en tête, je voulus protester la sensation d'un feu d'artifice au creux de mon ventre me coupa dans mon élan. J'attrapai le plaid entre mes doigts, le serrant avec force pendant qu'un tsunami de plaisir me collait au matelas.

Je me redressai légèrement en plaçant doucement une main derrière sa nuque et l'inviter à revenir contre moi. Féline, je me blottis contre son torse, peau contre peau en reprenant ses lèvres dans un long baiser amoureux et passionné. Mes doigts s'échappèrent pour trouver le chemin de sa ceinture, puis celui de son bouton de pantalon. Je me détachai légèrement de lui, pour afficher un grand sourire diabolique quand ma main s'infiltra sous l’élastique son boxer. Cette fois-ci, c'était à mon tour de prendre les devants et j'avais très envie de le sentir défaillir sous mes doigts, de le voir basculer dans les limbes du plaisir. Je m'amusai avec lui avec un petit brin de sadisme qui brillait dans mes prunelles ambrés, tout en constatant qu'il avait ce qu'il faut où il faut. D'un mouvement de hanches, je le fis basculer sur le dos, arrêtant mon supplice seulement pour glisser son pantalon et son boxer le long de ses cuisses musclés. En peu de temps, nous nous retrouvions tout les deux en tenue d'Adam et Eve.

Nos corps chauds tressaillaient de désir à l'union. C'était délirant, excitant, l'ivresse de l'amour nous tenait sous sa coupe. Joueuse, je posai une main sur son thorax pour le plaquer au matelas, pendant que tantôt j'embrassai, tantôt je mordillai la peau de son torse. Mes doigts remontèrent délicatement le long de ses flancs, le griffant doucement sans lui faire mal. Je m'amusai avec lui, observant ses réactions avec malice, lui offrant un plaisir à mi chemin entre la douceur et l'ardeur. Je n'étais pas déçue de ce circuit de découverte et mes lèvres continuèrent leur exploration sans aucune pudeur. Je ne pouvais m'empêcher de penser qu'il portait bien son nom, alors que j'avais pu contempler cet homme incroyable dans mon propre lit. Il y avait cet aura d’élégance et d'assurance qui se dégageait de chaque parcelle de sa peau, sans était presque effrayant. J'étais véritablement obstiné à le garder jalousement...

_________________

« Entre l’exigence d’être clair et la tentation d’être obscur, impossible de décider laquelle mérite le plus d’égards. »

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 1136
Points d'expériences : 2134

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: AURORE / EOS
Niveau: 12
Les pouvoirs: (Héliokinésie) Absorption solaire : Du fait de son lien étroit avec le soleil, il est capable d’absorber l’énergie solaire, ce qui lui permet de diffuser de la chaleur, de la lumière, ainsi que des ondes électromagnétiques. A l’instar, d’un panneau photovoltaïque, il absorbe tout au long de son exposition au soleil cette énergie pour ensuite la transformer. Ainsi, il peut faire en sorte de dégager une chaleur importante (par exemple) ou alors une lumière aveuglante (par exemple) ou même destructrice, ainsi que de créer autour de lui, générer et manipuler des énergies électrostatiques (par exemple). Lumière régénératrice : Lors des combats, il active ce pouvoir comme un pouvoir de zone. Son corps dégage de la lumière chaleureuse et il soigne les personnes qui sont proches de lui. Le pouvoir est moins puissant quand il soigne plus de personne d'un coup. Il est aussi capable de se soigner lui-même lorsque la blessure n’est pas trop importante et qu’il peut encore se concentrer pour créer cette zone de lumière régénératrice.
Voir le profil de l'utilisateur




Beau C. Hamilton-King
Vengeful son ☾ Membre des Argonautes ☼
Lun 15 Mai - 15:00

_________________
    ∞ Nil sine numine
    Vivere militare est △ Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
I.04 There's a big black sky over my town ♢ Beau - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Sirius Black - êtes-vous à déconner ? Terminée
» New codex black templar
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Percy Jackson RPG :: A la découverte du monde :: États-Unis :: Los Angeles-
Sauter vers: