« A winner is a dreamer who never gives up »
Tumblr we ♥ pj rpg.Level Up!talents treesQuests and missionsThe PleiadesSpécial AbilitiesDivine ShopTerritorial warThe Bestiary
A savoir
# Enfants de dieux mineurs/génésiens débutent niveau 3, 2 pouvoirs.
# De nouveaux pvs de dieux sont libres ainsi que Perséphone, Arès, Aphrodite, Eos, Apollon !
# Ne manquez pas le nouveau bestiaire et l'annexe spécial "astraïens"

Les initiations

▽ Si vous souhaitez créer un assassin, un berserker, un spécialiste des arts martiaux ou peut-être un nécromant, un anarchiste, un artilleur et bien d'autres, alors n'hésitez pas à jeter un coup d’œil aux initiations des arbres de talents !
WANTED POSTER

■ Wanted PJiens, PJiennes, la traque est lancée autant chez les pro-olympiens, que les insurgés. C'est la guerre, il n'y a plus de limite en terme d'horreurs. Voici les récompenses capture.
□ Pour les divinités supérieurs | 300 PE de base - 500 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne Ouranos, Zeus, Poséidon et Hadès)
□ Pour les divinités | 300 PE de base - 450 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne olympiens, astraïens, dieux mineurs, astraïens)
□ Pour les chefs de camp | 300 PE de base - 300 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ chefs de brigade | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les êtres surnaturels | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les soldats insurgés, grecs et romains | 200 PE de base - 200 PE pour la fuite ou la capture définitive.
● Nota Bene ●
○ Les parques ont mis fin à l'ascension de Chaos en le renvoyant dans le néant ○ Zeus est de retour sur l'Olympe ○ Ouranos fait appel aux "anciens déchus" d'autres astraiens pour mener la guerre contre les olympiens ○ La "Grande Guerre" est lancée ○
○ Relancement du Wanted; Zeus et Ouranos lance la traque de leurs ennemis ○ Les grecs et les romains sont en désaccord pour la guerre des territoires ○ Les deux camps (grec et romain) sont également en compétition, pour la récompense honorifique ○
Percy Jackson RPG
« Out in the city, in the cold world outside, i don't want pity, just a safe place to hide. »

 :: Les camps :: Le Camp Grec :: La Plage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I. 04 - "We are shining in the rising sun"

avatar
Nombre de messages : 454
Points d'expériences : 640

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Héphaïstos
Niveau: 11
Les pouvoirs: mimétisme métallique et compréhension instantanée
Voir le profil de l'utilisateur




Kaedan J. Stevens
smoking blacksmith ▲ membre de la quatrième phalange
Mer 19 Oct - 11:59
J’hallucine. J’arrive pas à croire que je sois encore accro à l’alcool au point de rester toute la soirée, comme un paumé, devant une cannette de bière -de la bière merde, c’est même pas comme si c’était d’la vodka- à me demander si j’la buvais ou pas. Si ça continuait comme ça, j’allais devoir aller aux alcooliques anonymes. Quoique j’me vois mal expliquer à mon potentiel parrain humain c’qui avait pu me pousser à sombrer dans l’alcool. Ouais, j’imaginais bien sa tête si j’lui disais la vérité. J’étais bon pour l’asile. Et rester enfermé, très peu pour moi. Enfin, disons que j’avais aucune envie de rester enfermé à n’rien faire. Je détestais mourrir d’ennuie, ça, c’était clair. L’seul endroit où j’pouvais passer la journée enfermé dans un lieu clos, c’était à la forge. D’ailleurs, j’passais de plus en plus de temps là-bas, essayant d’me rendre utile, comme j’avais pu l’être avec les antennes pour l’projet de Camden. Et surtout… j’devais progresser pour vraiment parvenir à aider l’camp. Et ça… c’était encore assez dur. Il n’empêche, j’avais confiance, j’pouvais y arriver. Seulement, l’travail, c’était bien beau, mais même si j’adorais bricoler, j’pouvais pas me contenter de faire qu’une seule chose. Je devais bouger. Sauf que… bouger pour faire quoi ? J’avoue, m’amuser me démangeait, mais j’avais peur de pas réussir à m’contenir. De dépasser les bornes, comme j’le faisais la plupart du temps. Parce que oui, j’essayais d’être un peu plus mature…. genre, pendant les cinq minutes de réflexion intense que je pouvais mener sur moi-même. Après, une idée venait réduire ce raisonnement à néant et… bah je décidais de suivre mes envies, sans plus m’attarder à des questionnements inutiles.

Bref, fallait que je bouge, que je trouve un truc à faire. Et j’étais en train de réfléchir à ça en m’promenant dans la colonie, la clope au bec. Le tabac… C’était la seule chose qui m’empêcher de trop sombrer dans l’alcool. Et mon métabolisme de demi-dieux. Parce que oui, on était quand même un peu plus résistant que la normale. J’me promenais donc, lorsque j’arrivais près d’la plage. La colo’, j’commençais à la connaître par coeur, c’qui était assez pénible, à force. C’était ma maison, mon foyer, et j’arrivais pas à la quitter, ni ceux qui en faisaient parti. N’empêche, voir des lieux nouveau, ça m’faisait carrément envie. Et c’est là que j’le vis. Seul, assis en face de l’eau. Percy. Tiens, il était seul. Et il semblait pas déborder de joie.Je restais planté là, en attendant je sais pas quoi, me demandant quoi faire. J’y pouvais rien, voir Percy, ça me rappelait ce fameux jour… celui de la libération… celui où j’avais été incapable d’arrêter Sly qui s’apprêtait à le tuer… celui où j’avais été incapable de venger Percy… celui où j’avais servie strictement à rien. Mon regard se fit triste, avant de se poser à nouveau sur Percy. Oui, j’avais été incapable de le défendre. Du coup, j’devais faire tout ce qui était en mon pouvoir pour me bouger et l’aider du mieux que j’pouvais. Jimmy m’avait dit que ma force, c’était de rester moi-même, d’être souriant et enjoué qu’importe les circonstances. J’étais pas vraiment d’accord avec lui, mais c’était la meilleure chose que je pouvais faire pour le moment pour aider ceux que j’aimais.

M’asseyant à côté du fils de Poséidon, je lui fit un clin d’oeil, le sourire aux lèvres. « Eh bien ! T’es vraiment en fils de Poséidon pour rester quinze plombe à regarder l’eau comme ça. Sérieux, je sais pas comment tu fais. Moi, c’qui m’aide quand j’ai envie d’penser, c’est bricoler. Ça doit être un truc des gosses d’Héphaïstos. » Ouais, j’avais peut-être été trop direct. Mais ça m’était égal. Maintenant que j’avais commencé à parler à Percy, mon côté social était ressorti, je n’avais même pas à me forcer. « Alors, qu’est-ce qui va pas mon vieux ? » Eh oui, c’était décidé, j’allais pas laisser Percy comme ça, j’allais l’aider. Mais pour l’aider, il fallait déjà que je sache ce qui le mettait dans cet état. En même temps, j’me rendis compte que c’était ça qui m’apaisait. Aider les autres. C’était qu’à ce moment que j’me sentais bien, que j’me forçais pas. Du coup, j’allais peut-être continué. Non, j’allais sûrement continuer. Ouais, les autres allaient devoir faire gaffe, j’allais arriver avec toute la bonne volonté que je pouvais avoir, et j’allais devenir l’père noel. J’m’étais vraiment trouvé une vocation à la bataille. Bon, j’allais juste oublier la barbe, la bedaine et les cheveux blancs, mais vous voyez l’idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 135
Points d'expériences : 2963

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Poséidon
Niveau: 50
Les pouvoirs: Hydrokinésie (avec notionToxikinésie), Cryokinésie, Géokinésie, Aérokinésie (limité au vent marin), Géokinésie, Régénération par l'eau, Mimétisme aquatique, Aura d'eau (également bouclier d'eau), Téléportation, Invisibilité.⊱
Voir le profil de l'utilisateur




Percy Jackson
Génésien malgré lui -Protecteur de la colonie des sangs mêlés
Dim 30 Oct - 2:05
Ma situation actuelle me dépassait.

La Colonie semblait me mettre à part depuis que j’avais ce sacro-saint titre de « Divin ». Au départ, j’avais pensé que ce n’était qu’une simple paranoïa et j’avais tenté de continuer ma petite existence. Sauf qu’entre temps, j’avais eu vent de quelques rumeurs qui circulaient à mon sujet. Certains prétendaient que j’étais capable de maudire toute personne de mon choix. D’autres sous-entendaient des choses comme quoi j’abusais de mes pouvoirs pour espionner, ou tromper … Certes, j’avais subi de sacrés changements mais, je n’étais pas devenu pour autant un détraqué ! Cependant, allez l’expliquer aux personnes.

Les Divinités m’exaspéraient. Les multiples règles, les différents noms et fonctions et surtout les plus et les moins d’être un divin m’étourdissaient. Plus j’apprenais des choses, et plus je me disais que j’avais régressé à l’étape de « bébé divin ». Je n’avais nulle crédibilité aux yeux des Divins – j’avoue, je me sentais plus écouté en étant demi-dieu – et les attentes des demi-dieux de la Colonie me semblaient trop hautes pour ce que je « pouvais » faire « concrètement ». Le décalage entre les attentes et la réalité était trop importante, mais allez le dire …

Pour finir, ma mère avait piqué une crise monstrueuse. Elle critiquait ouvertement ce que j’étais devenue et était presque à « invoquer » Poséidon pour demander des « comptes ». Certes, elle était heureuse que je sois toujours « vivante » mais cette transformation arbitraire lui semblait un tantinet trop « extrême ». Lorsque j’ai demandé « pourquoi », elle pointa assez vite mes défauts « accentués » selon elle, ou encore certains traits « étranges » qui apparaissaient, ressemblant de « trop » à mon père. Vérité, ou mensonge, j’avoue que je n’étais nullement curieux d’en vérifier les propos en posant la question au Dieu des Mers et des Océans. Sa plus grande critique serait mon « insouciance » et « arrogance ». Apparemment, selon « elle », la notion du temps avait disparu chez moi : lorsqu’elle me disait une chose, il y a  deux semaines, j’avais tendance à dire « hier » ou à être étonné que deux semaines soient si vites passés. Elle pointait également ma totale indifférence à la mort, que ce soit ma mort ou celles des autres. A ce point-là, je dois avouer que j’avais élevé la voix… Et, sans aucune fierté, j’avoue que c’était la première fois. Une première fois qui s’était terminée en un profond silence pour chacun.

Et c’est dans ce silence lourd qu’on s’était séparé.

Autant dire, je pensais à tout ceci en regardant l’étendue d’eau en face de moi. L’immense « Bleue », la seule vision en ce monde qui m’apaisait réellement. Je ne craignais plus qu’on vienne me déranger de sitôt, étant donné que je suis un « type » qui peut « maudire ». A vrai dire, si j’avais une telle capacité, j’aurais préféré opté pour un divin mais je doute qu’une telle chose marche. Ces êtres sont « toujours » protégés par je-ne-sais-quoi.

Soudainement, une voix retentit derrière moi, me surprenant. Je n’attendais tellement pas une quelconque « visite » que je regardais stupidement, d’un air béat, le nouvel arrivant. Me rendant compte de ma stupidité, je me repris bien vite.

- Hey Kaedan ! Je suis le fils du Dieu de la Mer, aimer l’eau est un prérequis obligatoire, tentais-je vainement de plaisanter. Il me demandait ce qui n’allait pas, et j’avais une furieuse envie de répondre « tout » ou alors quelque chose de pathétique comme « on me fuit ». Des trucs … divins.

Je me tais quelques instants, pour au final me retourner vers lui.

- Tu devrais retourner dans ton Bungalow, ou voir des amis. Il semblerait que j’ai la peste divine, que je peux maudire et ce genre de choses, tu vois ? raillais-je, la mine sûrement sombre et les rouges enflammées par la colère, un sentiment encore trop frais suite à ma première véritable dispute avec le seul parent qui avait été « toujours » là.

Je me rends subitement compte à quel point je pouvais être un véritable « enfoiré » pour le premier de la Colonie – en dehors d’Annabeth- à venir me poser une telle question, avec sincérité. Il voulait des nouvelles, il faisait le premier pas, et je le rabrouais sur la base de stupides rumeurs ? J’avoue, ce n’était pas vraiment digne d’un protecteur de la Colonie … Un court instant, je me disais que je commençais à ressembler à Mister D.

- Je … Désolé. J’ai eu une dispute avec ma mère à l’instant et, je suis encore un peu énervé à cause de ça. Ce n’est pas contre toi, ou … les autres spécialement. Bah, assez parlé de moi ! Et toi, mon pote, racontes comment tu vas ? Ça fait un bail qu’on a pas vraiment parlé.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 454
Points d'expériences : 640

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Héphaïstos
Niveau: 11
Les pouvoirs: mimétisme métallique et compréhension instantanée
Voir le profil de l'utilisateur




Kaedan J. Stevens
smoking blacksmith ▲ membre de la quatrième phalange
Sam 5 Nov - 18:39
J’m’étais simplement assis à côté de Percy. Perso’, qu’il soit un dieu me dérangeait pas plus que ça… Si on y réfléchissait, ça faisait bizarre, mais l’truc, justement, c’était que j’y réfléchissais pas plus que ça… Non, surtout que quand je voyais Percy, j’pensais plus au fait que je l’avais laissé mourrir qu’à autre chose. J’me sentais coupable, et c’est pour ça, je devais tout faire pour l’aider s’il était pas bien. En fait, j’crois bien que Percy pourrait n’importe quoi, je le ferais. Et non les gars, c’était pas une déclaration d’amour. Tssss, c’était juste que… je détestais voir les gens me quitter. Même si avant qu’il ne meure, j’connaissais pas particulièrement Percy, m’en fout, il était dans mon équipe, on devait se protéger mutuellement, c’que j’avais pas été capable de faire. « Ouais… Après, regarde Thalia, elle a bien le vertige… Mais avec tes pouvoirs, j’avoue que ce serait drôle si tu avais la phobie de l’eau… » Et là, j’imaginais Percy en train de paniquer en combattant les autres parce qu’il devait se régénérer par l’eau et qu’il avait pas envie de se mouiller… Ouah, c’était du grand n’importe quoi dans ma tête… Mais j’pouvais pas m’arrêter de rire. Quoique ça voix lorsqu’il me répondis à ma question sur ce qui n’allait pas, m’calma. Des « trucs… divins » ? Tiens, tiens… Et lorsqu’il continua, j’devins carrément sérieux. J’étais pas fin psychologue, ni bon pour rassurer, les mots, c’était pas mon truc, moi, ce que j’aimais, c’était l’action. Mais j’pouvais être sérieux et j’étais pas débile. « La peste divine »… Bah voyons… C’est sûr que j’mourrais de peur, tout d’un coup. Un rictus moqueur était apparut sur mon visage, mais j’attendis qu’il ait finis.

En attendant, je sortis une clope, en tendant une à Percy, on savait jamais, de toute façon, il pouvait pas mourir d’un cancer du poumons, donc bon, il pouvait bien se permettre ça, surtout que ça apaisait. En fait, depuis que j’essayais d’arrêter d’boire, il y avait que la clope qui arrivait à me détendre… et bouger. Être entouré. Faire des choses. Par exemple, j’m’étais défoncer pour la défense du Wyoming, le nouveau territoire qu’on avait conquis. Dès l’début, on avait commencé à poser des pièges avec Chel’… Dorian était aussi venus pour nous aider. On avait concocté plusieurs petits trucs marrants. Mais Percy était pas un ingénieur. Lui, c’était un guerrier. Mais j’penses qu’au fond, il était comme moi. Il aimait pas rester seul. Il aimait pas rien faire. Comme la plupart des demi-dieux, m’diriez-vous. J’avais laissé une petite pause, parce que les mots, ça venait pas naturellement, et que j’avais pas envie d’merder. Parce que à un moment où l’autre, j’finissais toujours par merder quelque part. « Hey, mec, t’as le droit de t’énerver. Heureusement que t’es pas toujours calme, t’es p’t-être un Dieux, mais ça se saurait si on devenait parfait en devenant divin. Et puis j’imagine même pas l’changement. » J’pris une nouvelle bouffée de ma clope, avant de laisser sortir la fumée par le nez, comme un dragon. « La « peste divine » ? Bah tu vois, comme j’ai aussi du sang divin, j’crois que j’dois être immunisé. Si tu veux, j’te fais un gros câlin, on voit comment j’réagit et la question est réglée. » J’avais souri en lui faisant un clin d’oeil, après tout, c’était pas une mauvaise idée. Mon regard s’porta à nouveau sur la mer. Mouais, c’était peut-être vrai que ça apaisait… un peu… un tout p’tit peu. « Moi, comment ça va ? Bof… Avec l’départ de Nico, bah… j’me retrouve encore laissé à la colo… J’aime bien la colo, c’est pas ça l’problème… j’aime juste pas m’retrouver laissé derrière…Mais sinon, ça va… on fait aller… » J’avais souri à nouveau. Là, j’pensais à Jimmy. Oui, c’est vrai, fallait que je dise « fuck off » et que je souris. Tout l’temps. Ne surtout pas laisser la mélancolie s’installer.

Or… Tout dans notre attitude était mélancolie, colère, frustration… Et rester comme ça… ça allait pas nous aider. D’un coup, j’me levais, avant de tendre la main pour aider Percy à faire de même. « Bon, mec, tu veux voir que t’as pas la peste ? Et que moi, j’vais bien , Et que toi aussi ? Et qu’on emmerde les autres ? Bah viens, faut qu’on sorte se changer les idées. Dans l’vrai monde. Viens, j’ai une vieille bécane que j’ai réparé, on se barre d’ici pour la journée ! On oubli tout, on fait juste ce qu’on a envie ! » Et j’le traînais. J’en pouvais plus de la colo’, des pièges, des constructions, tout me rappelait la guerre, Ben, Shay, Nico,… dehors… Dehors, ça devait être mieux. Une fois arrivé à la forge, j’tendais un casque à Percy, avant d’enfiler le miens sur la tête. « Ouais, t’as vu, j’suis super prudent, t’inquiète, j’vais te ramener en un seul morceau ! Allez, choisis, on va où ? Moi, tant que j’conduis, ça m’va ! » Et une fois la destination su, je démarrais l’engin, passant par la forêt pour sortir, parce que les sensations étaient meilleures. À fond la caisse, on se dirigeait vers l’monde extérieur, fuir quelques heures la réalité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 135
Points d'expériences : 2963

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Poséidon
Niveau: 50
Les pouvoirs: Hydrokinésie (avec notionToxikinésie), Cryokinésie, Géokinésie, Aérokinésie (limité au vent marin), Géokinésie, Régénération par l'eau, Mimétisme aquatique, Aura d'eau (également bouclier d'eau), Téléportation, Invisibilité.⊱
Voir le profil de l'utilisateur




Percy Jackson
Génésien malgré lui -Protecteur de la colonie des sangs mêlés
Dim 13 Nov - 22:00
Nico … un autre sujet sensible. Ce gosse allait et venait, disparaissait sans cesse des radars. Je me demande comment il se portait aujourd’hui, ce qu’il manigançait « encore » et dans quels autres misères il se plongeait, dans quelle quête personnelle il s’impliquait … Les enfants d’Hadès étaient définitivement les éternels enfants incompris. Lorsque vous tentez de les comprendre, ils vous repoussaient sans grande raison. J’avais envie de dire à Kaedan qu’il ne devrait pas être affecté tant que ça par Nico, qu’abandonner était comme une seconde nature chez ce gosse mais j’avoue, je n’avais pas trop le cœur d’ajouter du mélodrame aujourd’hui. Ou de distribuer de l’amertume. Alors je préférais me taire et écouter l’enfant d’Hephaïstos.

Il semblait à peine touché par tout ce que j’avais dit, ce qui n’était pas plus mal. Je n’aurais pas sur la conscience la mélancolie passagère d’un des miens – car la Colonie était « mienne » maintenant, que cela déplaise à ma mère ou non. Et me voilà à repasser à elle. Je soupire, en m’ébouriffant une énième fois mes cheveux. Pensez-vous qu’un divin pouvait devenir « chauve » d’inquiétude ? J’espérais ne pas avoir à vérifier une telle théorie, ou à être le premier spécimen atypique au sein de la Divinité qui subissait la perte de cheveux…

Et Kaedan propose quelque chose … qui ne me tente pas forcément. Ma dernière visite dans le vrai monde ne m’a pas vraiment égayé ma journée. Par contre, l’ingénieur me proposait définitivement un autre air que celui de Manhattan. Il suffisait que je demande « où ». J’esquissais un sourire. Savait-il qu’il me fallait que de « penser » au dit lieu pour que je nous téléporte aussitôt. Une idée naquit soudainement dans ma tête.

- Tu peux retaper une seconde bécane pour un road trip d’un week end sur une côte américaine ?
demandais-je. Je peux nous téléporter, et tout le matériel, où je veux, annonçais-je de but en blanc.

L’idée était très simple : m’éloigner effectivement de « tout ». Littéralement. Le temps d’un week-end par contre. Etre le protecteur de la Colonie semblait me lier « chaque » jour davantage à la dite colonie, et un quelconque éloignement prolongé me « gênait » vraiment. Un Week end me semblait par contre tolérable, et acceptable.

- Et le plus d’être divin, les monstres osent pas trop s’approcher, finis-je par dire avec un clin d’œil.

Effectivement, c’était l’avantage d’être divin. Je pourrais me jeter dans un nid de Cyclopes, qu’ils préféraient s’enfuir que tenter un petit combat avec moi. Par contre, clairement, plus le monstre était puissant, et plus il était courageux. Par contre, si jamais la situation s’envenimait, je pouvais nous téléporter si pépin. Et ça, c’était génial. Mais, si je faisais face à une divinité … Par contre pour ce cas de figure, Kaedan ne risquait rien. C’était moi qui me prenais tout dans la poire. Soit. M’enfin, en théorie, je ne devrais pas me retrouver avec une Athéna, un Dionysos, un Hadès, un Arès en plein milieu d’une route américaine, prêt à m’aplatir comme une crêpe.

- En gros, un week end de motards.

Par contre, se joindra-t-on à un groupe de mortards ? J’étudiais sincèrement cette possibilité. Cela pouvait « vraiment » me permettre de me détacher un tantinet de ce monde-ci et me plonger à nouveau dans la normalité. Au bout de sept ans d’anormalité, on commençait sincèrement à rechercher une certaine normalité, et je pense qu’il n’y avait rien de répréhensible à cela.

C’était maintenant à Kaedan de donner son verdict : pouvait-il faire une seconde moto pour moi ? Si oui, était-il partant pour le dit week-end de motards ?




[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 454
Points d'expériences : 640

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Héphaïstos
Niveau: 11
Les pouvoirs: mimétisme métallique et compréhension instantanée
Voir le profil de l'utilisateur




Kaedan J. Stevens
smoking blacksmith ▲ membre de la quatrième phalange
Mer 7 Déc - 15:49
V’là, j’étais déjà mieux. En fait, tout de dont j’avais besoin, c’était d’parler, d’être avec quelqu’un, d’voir que ça l’intéressait d’m’écouter, en tout cas un minimum, et m’dire que c’était pas parce que j’étais une grosse merde, enfin pas tant que ça, que tout l’monde me quittait. ‘Fin, tout ceux que j’considéré vraiment comme ma famille proche. Genre, ceux avec qui j’me voyais passer ma vie à leur côtés, que cette simple idée était une foutue évidence pour moi. ‘Fin bref, j’avais tiré Percy jusqu’à la forge, dans l’coin que j’aimais bien et où il y avait tout mon bazar. Bon, bazar était un bien grand mot, parce que pour tout ce qui était construction, j’aimais que tout soit impeccablement bien rangé. Fallait que j’puisse m’y retrouver rapidement pour être efficace. J’voulais pas avoir une illumination, mettre quinze plombe à chercher mon matos, et paf ! Tout oublier. Nan, ça c’était pas possible. Surtout pas. Bref, j’étais dans mon petit coin à la forge avec Percy, qui avait semblé peu emballé au début. Mais il devait avoir changé d’avis parce qu’il me demanda si j’avais une deuxième bécane à retaper. J’écarquillais les yeux avant d’éclater d’rire. « Ouah, j’suis pas aussi efficace que tu l’pense, pour retaper une autre bécane du début jusqu’à la fin, j’en aurais pour j’sais pas combien d’temps. Mais t’es un p’tit veinard, j’suis en train d’m’occuper d’une deuxième, parce que voyager en solo, c’est nul, et un peu dangereux. Bref, il m’reste quelques finitions et après, elle sera opé’. » Et sans plus d’explication, j’me mis à courir partout. Déjà, pour aller chercher l’autre bécane, ensuite pour bidouiller les derniers réglages à faire sur l’moteur. J’étais en train d’me tâcher, mais j’en avais rien à faire. En fait, j’étais à fond sur ma tâche, au point que j’avais fait d’Percy mon apprentis, en quelque sorte. « Tiens, tu peux m’passer l’fil rouge ? Ouais, c’lui-là, stp. Ah et cette pince ? Merci. Alors… J’relis ce fil, ici… ouaip, comme ça… Et là, j’fais ça… Okep… » Ah oui, parce qu’il faut savoir que quand j’bosse, j’aime bien m’parler tout seul, ça m’permet de mieux visualiser le tout. Bref, une demi-heure plus tard, j’en avais fini avec l’moteur, j’vérifiais qu’le réservoir était plein, et j’démarrais la bécane. Qui fonctionnais assez bien, vu à la vitesse à laquelle j’avais fait les dernière modif’. « Bien mec, j’te laisse la tester, l’temps que j’range tout c’que j’ai sortis ». Et j’m’attelais à trier tout mes outils. Et à vérifier qu’mes dernières créations, quelques idées que j’avais eu pour la boutique, étaient toujours en place et qu’un gosse d’Hermès avait pas eu l’idée d’les voler. Une fois tout ça fait, j’rejoignis Percy en vitesse. « Alors ? Elle te va ? » Avec un sourire éclatant, j’attendais son verdict.

Par contre, dès qu’il m’avait demandé si j’avais une autre moto à retaper, j’avais tellement été absorbé par mon truc que j’avais pas trop écouté la suite. Bah ouais, pourquoi vous pensez que j’aime autant travailler à l’forge ? Parce qu’une fois lancé, y’ a plus rien qui compte. Nan. Juste moi et mon boulot. Du coup, j’me retrouvais obligé d’lui redemander c’qu’il voulait faire. Et en l’entendant, j’avais les yeux qui pétillaient. « Sérieux ?! Genre, un vrai week-end de motards ? Nous, la moto, et hasta la vista ? Tu sais quoi, d’un coup, j’comprends un peu mieux pourquoi Anna’ te kiffe autant. T’as vraiment des bonnes idées ! Nan mais j’adore, bref, c’est parti mon kiki ! » Expression merdique, mais j’trouvais qu’elle avait l’don d’me mettre en joie. Comme tous les trucs débiles en fait. Et sans rien prendre de plus, j’démarrais la moto, attendant simplement que Percy passe devant. J’avais dit que c’était à lui d’choisir la route, alors à lui d’prendre les commandes. En plus, il avait raison, à ses côtés, pas de soucis à se faire niveau monstre. Alors ouais, j’étais sûr que ça allait être un des meilleurs week-end de ma vie. Au point qu’avant, j’fis un tour en vitesse entre les bungalows, faisant ronfler le moteur et criant à tue-tête. Hey, fallait pas qu’on puisse manquer notre départ !

Et on pris la route. J’savais pas où on allait, j’m’en fichais, et ça rendait la chose encore plus belle. J’suivais Percy, et j’sentais pas l’besoin d’faire hyper attention à la route, du coup, j’profitais du paysage. Et j’criais. J’adorais crier, c’était libérateur, et sur une route, en moto, j’pouvais m’lâcher, avant qu’on m’entendent, il faudrait que j’me trouve un mégaphone ou une connerie dans l’genre. Par contre, j’vous raconte pas la voix que j’allais me taper à la fin d’la journée. J’pense que Garou aurait une voix moins rauque que la mienne. Mais ça faisait un genre. Avec les clopes et tout, un blouson en cuir, j’pourrais faire un super bad boy. J’faisais pas attention à la route, mais j’pouvais que remarquer la quantité d’moto présente quand on passa devant un petit café un peu minable au bord d’la route. Accélérant pour faire signe à Percy, J’me mis à sa hauteur pour lui crier : « Hey, mec ! T’as vu toutes les motos ?! Combien on paris que c’est groupe de motards ? Ça te dit, on s’incruste avec eux ? » Et comme j’pouvais pas facilement faire mes yeux de chat potté, ‘fin, si j’voulais rester vivant à la fin d’la journée, j’fis demi-tours, lui faisant signe d’me suivre. De toute façon, c’était son idée, il allait m’suivre, non ? Bah, au pire, il m’attendra un peu plus loin, d’toute façon, là, on avait pouvoir s’amuser. Garant ma moto, j’enlevais mon casque, avant d’entrer dans le bar. « Salut la compagnie ! » J’avais crié suffisamment fort pour que plusieurs têtes se retournent sur mon passage. Cool, comme ça, j’allais pas passer inaperçu, ça allait être plus facile pour s’intégrer. En vrai, j’avais pas fait exprès de crier, mais j’avais tellement chanté à tue-tête tout l’trajet que j’avais eu du mal à reprendre un niveau de voix normal.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 135
Points d'expériences : 2963

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Poséidon
Niveau: 50
Les pouvoirs: Hydrokinésie (avec notionToxikinésie), Cryokinésie, Géokinésie, Aérokinésie (limité au vent marin), Géokinésie, Régénération par l'eau, Mimétisme aquatique, Aura d'eau (également bouclier d'eau), Téléportation, Invisibilité.⊱
Voir le profil de l'utilisateur




Percy Jackson
Génésien malgré lui -Protecteur de la colonie des sangs mêlés
Sam 24 Déc - 0:29
Règle numéro 1 : ne jamais, ô grand jamais, mettre pied dans le « Bunker » d’un enfant d’Héphaïstos. Je ne sais pas comment ça se passe chez les Romains, mais chez les Grecs, c’est toujours de véritables excités de la mécanique qui considèrent tout être de chair et de sang comme un laquais pour la technologie. Ici, c’était l’inanimé et le métal qui étaient rois. Nullement le sang doré, et encore moins le sang rouge. Alors, en bon laquais qui ne comprend pas du tout ce qui se passe, je tends les différents composants d’une main hésitante.

Règle numéro 2 : ne jamais, ô grand jamais, être susceptible au vu du langage de certains gosses. « Mon Kiki ». Dude, c’était si vieux-jeu pour moi. Ou alors était-ce moi qui n’étais plus trop dans le coup. J’avoue, je ne savais pas, et je devais « sérieusement » m’interroger. Selon certains, je m’assagissais enfin. Selon d’autres, je devenais encore plus récupérable. Dans les deux cas, je n’étais plus du tout sur la même longueur d’onde que les autres demi-dieux, et surtout avec ces fou-furieux de l’ingénierie.

***

Après un départ à grand fanfare, on était sur la route. Je pouvais pleinement apprécier le vent qui fouettait mon visage ou encore ma tenue. Je me rendais compte que je ne portais pas cette tenue en cuir réglementaire, mais je ne craignais rien. Un divin ne mourrait pas d’un accident de moto. Par contre, un demi-dieu pouvait. Cependant je me taisais : on n’était pas là pour jouer à maman-papa, mais à se détendre. Chacun vivait sa vie, comme il devait l’entendre. Qu’il crie à s’en exploser les vocales, soit. Je préférais tout simplement rouler, en dépassant de temps à autre les limitations de vitesse.

Soudainement, Kaedan me dépassa, me faisant signe vers un air minable si caractéristique des autoroutes où plusieurs motos s’agglutinaient. Je me contentais d’acquiescer, profitant de la pause pour épousseter mon T-Shirt et lancer un regard critique sur ce morceau de tissus. Comment pouvait-on prétendre à un week end de motard avec nos T-Shirt orange fluo de la Colonie ? J’adorais le T-Shirt – pour son symbolisme, plutôt que pour son style – mais ce n’était pas extrêmement adapté à la société dès qu’on quittait les bordures de la Colonie.

- Salut la Compagnie ! cria Kaedan, me vrillant les oreilles au passage, mais en attirant tous les regards sur nous. Je devais être habitué d’être constamment observé ou étudié – fils de Poséidon, récemment promu Génésien, c’était presque obligatoire d’être « jugé » en permanence – mais il y avait clairement une différence entre le regard des demi-dieux ou divins et le regard de cette bande de motards. Ils jugeaient sur d’autres critères. Ils se fichaient de ton génétique. De tes capacités à l’épée. De tes pouvoirs.

Je fais un ou deux pas en avant, pour faire face à celui qui semblait être le leader.

- Pas mal la Harley rouge, dehors, démarrais-je. Vous allez où ? Peut-être qu’on peut se joindre à vous ?

Ils donnèrent une adresse, un coin chaud de l’Amérique. EN théorie, c’était assez « loin » de la Colonie mais le retour pouvait être express dans notre cas : ma téléportation résoudrait tout problème de temps. Si on se décidait sur un week end, ce serait un week end etc … etc.

- Génial ! On se rend là-bas aussi !
- Avec ces tenues ?


« Bim ». Une des filles du groupe gloussa et s’approcha de Kaedan, disant qu’elle connaissait un coin sympa pour acheter deux ou trois trucs utiles pour de longues routes en moto. Je riais sous cape : il avait déjà une touche ou deux. Quant à moi, j’avais l’impression d’avoir vu un éclat d’intérêt dans le regard d’une blonde du groupe mais je n’étais pas sûr. Je pouvais m’être fait des idées. Toujours est-il, vérité ou illusion, je ne pouvais pas me permettre à une quelconque aventure. Certes, les choses stagnaient entre Annabeth et moi mais nous n’étions pas à une étape où l’un comme l’autre avait un « droit » de trahir.

- Ne perdons pas de temps. Si on croise encore une boutique sur le chemin, on achètera, décidais-je, ne voulant pas perdre cette chance – peut-être unique – d’intégrer un véritable gang de motards. Un Week End de motards ne pouvait pas l’être sans eux !

Le leader et moi, nous nous observions quelques secondes, yeux dans les yeux. IL finit par briser le contact, souriant d’un air paternel. Il fit signe à un de ses amis, demanda à ce qu’on ramène une ou deux blouses en double que certains avaient. On nous fit tester une à deux blouses en cuir. La première était trop grande, et la seconde un tantinet étroit mais déjà plus ajustée. Avoir cet emblème de motard sur le dos apportait déjà un autre air à notre virée.

Que l’aventure commence.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 454
Points d'expériences : 640

Ma petite quête sur moi
Dieu/Déesse: Héphaïstos
Niveau: 11
Les pouvoirs: mimétisme métallique et compréhension instantanée
Voir le profil de l'utilisateur




Kaedan J. Stevens
smoking blacksmith ▲ membre de la quatrième phalange
Ven 20 Jan - 16:59
Sérieux, Percy était cool comme assistant, il devrait passer un peu à la forge. C’était gâché son talent d’pas venir tous les jours pour nous donner l’matos nécessaire à nos réparations. En plus, c’est pas comme si on faisait d’la merde, tout c’qui se passait à la forge et dans l’bungalow des Héphaïstos était genre… d’la plus haute importance. J’vous jure. « Tu sais quoi, tu gère pour donner les outils et tout, ça t’dirait pas de devenir apprentis à la forge ? J’t’assure, on s’amuse bien ! » Et j’levais l’pouce en mode « rejoint notre secte, tu seras bien ». Sauf que bon, j’étais pas vraiment un leader né, donc j’savais pas si j’allais réussir à convaincre Percy… Mais j’avais pas vraiment l’temps d’me lancer dans une campagne d’propagande pour vanter les mérites d’la mécanique, d’la forgerie, d’l’électronique et de tout c’qui pouvait s’faire dans notre bungalow… Dommage, mais j’savais que si j’me lançais là-dedans, j’pourrais jamais m’arrêter, et on avait qu’un week-end pour faire notre virée motard, ça s’rait quand même con d’rater ça… même pour parler mécanique… Alors v’là, j’étais partie pour suivre Percy… Mais c’était bien moi qui avais eu l’idée d’nous arrêter dans ce… ouais, j’crois bien que c’était un resto… Mais c’était pour suivre l’idée d’Percy… Un week-end motard, c’était encore mieux avec des vrais motards, nan ? Et j’devais dire que j’étais fier d’mon entrée, j’étais sûr d’pas passer inaperçu.

Maintenant, c’était au tour d’Percy d’jouer, moi, j’me contentais d’commander des boissons au barman. Autant en profiter pour s’désaltérer, surtout que vu notre départ précipité, on avait pas trop pris grand chose. Même pas d’vêtements de rechange… et vu notre état après quelques kilomètres, lorsqu’on allait débarquer à la colonie deux jours plus tard, nos vêtements allaient être incrusté d’crasse… en tout cas si trouvait pas un endroit pour en changer… ou un truc pour les protéger… Bon, après… c’était qu’le t-shirt orange de la colonie, c’était pas comme si on pouvait pas en avoir un nouveau assez facilement… Mais y avait un autre problème… comment faire pour draguer en étant complètement crade ? Bah ouais, j’vous avez dit que j’voulais profiter du week-end… et changer d’air, ça avait d’multiples avantages… Bon, certes, j’trainais avec Percy, qui avait déjà une petite amie… Mais bon, j’suis sûr que j’trouverais un moyen d’amuser… Puis si Percy voulait s’éclater, c’était tout aussi bien… même si j’avais pas envie qu’Anna’ me mette sur l’dos une éventuelle tromperie… Ouais, j’étais flippé devant Anna’, mais j’avais des raisons, elle est genre trop badass, et Percy est un dieu… donc du genre assez intouchable. Moi, par contre, j’suis beaucoup plus fragile. Et nan, j’me comportais pas comme une mauviette, mais quand même, fallait être prudent dans la vie.

J’récupérais nos boissons, alors que Percy était en train d’parler à celui qui semblait être le chef. Mes yeux brillèrent en entendant la destination… et encore plus en entendant la réponse d’Percy… Parce que ouais, j’savais toujours pas où on allait. « C’est vrai ? Ouah ! Trop cool ! » J’me mis carrément à danser un peu d’joie. J’étais tout surexciter, c’qui se comprenait facilement, nan ? Et mon sourire idiot s’agrandit lorsqu’une des filles s’approcha d’moi. J’rêvais où elle me draguait ? Ouais, c’est vrai, j’avais plus l’habitude de draguer que d’me faire draguer que j’eu un doute à un moment… Mais quand j’compris qu’elle était sérieuse, j’pouvais que la suivre. J’vous jure, elle était canon, j’aurais pas pu résister. « ‘Tain, mec, t’as eu la meilleure idée du siècle ! ». Bon, j’désenchantais un p’tit peu en voyant que Percy voulait partir tout d’suite mais…. c’était que partie remise. En plus, là, l’chef des motard et Percy avaient décidé d’se la jouer western et duel d’regard. J’vous jure, j’étais content d’pas m’retrouver entre eux deux, j’aurais peur d’me prendre une balle perdu… Bah, au pire, avec mon pouvoir d’mimétisme métallique, j’aurais pu m’défendre… J’savais pas pourquoi j’étais genre… prudent… C’était pas vraiment mon genre. ‘Fin, heureusement, ils ont rangé leurs pistolets, ‘fin, façon d’parler, hein ! Bref, si j’avais tout compris, on était accepté. Donnant une tape sur l’épaule de Percy, j’lui tendais son verre. « T’as quand même l’temps d’boire un coup avant d’partir, faudrait pas que tu meurt de déshydratation… Et j’m’en fou d’qui tu es, on sait jamais, j’ai pas envie d’avoir à expliquer ton éventuelle mort… Une seconde fois… » J’lançais un sourire à la fille qui m’avait parlé, avant d’boire mon verre. Puis j’remarquais une fille qui regardait Percy avec insistance… « Hey mec, j’vois que t’attend pas, j’crois que t’as une touche… Franchement, c’week-end promet d’être amusant… En fait… J’t’ai pas demandé, ça va comment avec Anna’ ? Vous avez emménagé ensemble, c’est ça ? » Ouais, j’avais pas trop eu l’occasion d’parler avec Anna’, donc du coup… bah j’allais p’t-être obtenir plus d’infos de Percy. Puis, j’essayais une des blouses. J’me tournais vers la fille, Kaylee, souriant d’un air séducteur… « Ça m’va bien, hein ? Ça m’donne un p’tit air rock’n roll j’trouve, en tout cas, j’ai la classe… T’inquiète, tu peux prendre tout ton temps pour m’admirer… » Bon, j’espérais vraiment que ça soit la femme d’personne dans l’groupe… Bah sinon… ça ferait une petite bagarre, d’toute façon, c’était pas comme si j’avais pas l’habitude. Bref, on était repartis. Tous en groupe. Et… ‘tain, qu’est-ce que c’était bien. Déjà, rouler à deux, c’était génial, mais en bande… t’avais vraiment l'impression d’être à ta place, d’avoir trouvé l’endroit où tu devais être… Et j’avais pas eu cette sensation depuis… d’puis tellement longtemps. Alors j’profitais, l’vent dans mes vêtements. J’sais pas combien d’temps on avait roulé, mais c’était juste trop l’éclate.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
I. 04 - "We are shining in the rising sun"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jua # Where the light shivers offshore, Through the tides of oceans, We are shining in the rising sun [TERMINE]
» CNN: Food prices rising across the world
» Akatsuki Rising
» [Rising.Heaven VS PirateSliper] Part II
» Start of a rising star : The A-List Wrestler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Percy Jackson RPG :: Les camps :: Le Camp Grec :: La Plage-
Sauter vers: