Tumblr we ♥ pj rpg.Level Up!talents treesQuests and missionsThe PleiadesSpécial AbilitiesDivine ShopTerritorial warThe Bestiary
A savoir
# Enfants de dieux mineurs/génésiens débutent niveau 3, 2 pouvoirs.
# De nouveaux pvs de dieux sont libres ainsi que Perséphone, Arès, Aphrodite, Eos, Apollon !
# Ne manquez pas le nouveau bestiaire et l'annexe spécial "astraïens"

WANTED POSTER

■ Wanted PJiens, PJiennes, la traque est lancée autant chez les pro-olympiens, que les insurgés. C'est la guerre, il n'y a plus de limite en terme d'horreurs. Voici les récompenses capture.
□ Pour les divinités supérieurs | 300 PE de base - 500 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne Ouranos, Zeus, Poséidon et Hadès)
□ Pour les divinités | 300 PE de base - 450 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne olympiens, astraïens, dieux mineurs, astraïens)
□ Pour les chefs de camp | 300 PE de base - 300 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ chefs de brigade | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les êtres surnaturels | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les soldats insurgés, grecs et romains | 200 PE de base - 200 PE pour la fuite ou la capture définitive.
● Nota Bene ●
○ Les parques ont mis fin à l'ascension de Chaos en le renvoyant dans le néant ○ Zeus est de retour sur l'Olympe ○ Ouranos fait appel aux "anciens déchus" d'autres astraiens pour mener la guerre contre les olympiens ○ La "Grande Guerre" est lancée ○
○ Relancement du Wanted; Zeus et Ouranos lance la traque de leurs ennemis ○ Les grecs et les romains sont en désaccord pour la guerre des territoires ○ Les deux camps (grec et romain) sont également en compétition, pour la récompense honorifique ○
Percy Jackson RPG
« Out in the city, in the cold world outside, i don't want pity, just a safe place to hide. »

 :: Les camps :: Le Camp Grec Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I.02 Flash RP et RP commun des prisonniers: Le Grand Banquet. [Terminé]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant
avatar





Invité
Invité
Mar 29 Avr - 13:46
    Les choses semblaient s’animer de plus en plus du côté de Lena et de son partisan. D’ailleurs, ce dernier s’était mis à pester contre elle. Je ne les regardais pas, mais ils parlaient suffisamment fort pour que je puisse entendre des bribes de leur conversation. Moi? Non, je n’étais pas un fouineur; la preuve, je continuais de manger mon repas, dirigeant toute mon attention sur le groupe de partisans, mais je ne pouvais pas empêcher mes oreilles de ne pas les entendre. Étonnamment, Lena ne ripostait pas devant les railleries du partisan. Elle restait de marbre, sans mot dire: je n’entendais pas sa voix s’élever parmi tout ce brouhaha d’ustensiles et de voix qui se multipliaient pour discuter. Légèrement, je fronçais mes sourcils, avalant une nouvelle bouchée, jetant, par curiosité, un regard par-dessus mon épaule. Elle restait là, face à lui, à manger sa pomme, à ne rien dire, simplement à le fixer. Aussitôt, j’avais détourné les yeux, poussant un soupir. La Lena que nous connaissions tous était loin à présent… Morte par les expériences qui avaient chamboulé sa vie depuis les révoltes. Cependant, même en ne la reconnaissant plus, je savais qu’une part de cette ancienne Lena persistait quelque part au plus profond d’elle. Elle n’attendait que le bon moment pour la sortir, comme un grand come back. Et même si ça allait me faire chier de retrouver son caractère de cochon, je crois que je ne m’en plaindrais pas pour une fois: elle serait de nouveau normale. Bon, peut-être pas à cent pour cent, mais c’était déjà mieux que rien.

    Je continuais de manger, ayant presque vidé l’assiette que je m’étais servie, braquant mes yeux sur les silhouettes des partisans. Je ne savais pas vraiment ce que je cherchais à les observer aussi intensément. La bagarre? Qu’une nouvelle querelle éclate? Au contraire, je me surpris à songer que je ne cherchais pas quoi, mais plutôt qui. Cette fille de la nuit n’était pas là. Encore une fois, elle m’échappait. J’aurais tant apprécié pouvoir la croiser à la rébellion, mais je ne l’avais jamais aperçu, ni devant moi ni sur le champ de bataille. Nulle part. Et ça me frustrais, plus qu’est-ce qu’on pourrait le croire. Je n’attendais que ce moment depuis son départ. Je m’étais entraîné comme un dingue pour pouvoir parvenir à son niveau. Mais jamais, jamais je ne la voyais, comme si elle s’amusait à disparaître dans les ombres pour m’agacer, me rendre encore plus furieux. Se jouait-elle de moi? Sérieusement? Pourquoi je ne pouvais pas voir Sullivan et lui cracher tout mon dégoût au visage? Elle le méritait, pour avoir déserté la Légion, pour nous avoir abandonné. La sale traîtresse… Et c’était sans compter ce Cohen de merde qui avait osé utiliser son pouvoir de... (vous voyez ce que je veux dire) sur moi! Lui aussi aura sa place sur mon mur de chasse. Alors que je ruminais ces sombres pensées, Lena apparut dans mon champ de vision, s’asseyant à ma table. Un seul regard dans sa direction me permit de comprendre dans quel état elle se trouvait, et les sentiments qu’elle pouvait ressentir étaient réciproques: frustration et amertume étaient les mots qui pouvaient nous décrire en cette soirée de festin. « Je n’aime pas du tout leur soudaine hospitalité… », grognais-je tout bas, mon nez dans mon assiette, contemplant les restes. Je grimaçais. Pourtant, à cet instant, leur hospitalité faisait en sorte de garder mon estomac plein.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mar 29 Avr - 17:49

Alesya embrassa la pièce du regard, maudissant les prisonniers de s'empiffrer devant ses yeux, qui s'étaient fermés un instant. Elle huma l'air de la pièce, et l'odeur de la nourriture cuite avec perfection venait chatouiller ses narines. Ni une, ni deux, elle rouvrit les yeux, se rendant compte que la pièce s'était encore remplie en à peines quelques secondes. De loin, elle voyait Johanna et Tyler, et elle regarda L-J. s'en aller tout doucement, allant voir Eryn, une autre partisane. Un sourire étira ses lèvres malicieusement, et elle tentait de chasser toutes les pensées meurtrières qui s'amenaient dans sa tête. La jeune femme se permit d'échapper un léger soupir, et elle remarqua que Jensen était un peu dans le même état, s'il n'était pas pire que le sien. Si ses yeux avaient pu lancer du feu, la place aurait cramé immédiatement... Néanmoins, elle ne voulait pas parler, de peur que le craquement se fasse sentir dans sa petite voix. Elle se contentait de retenir toute émotion et de fermer son visage, qui se durcissait, au fur et à mesure que le repas avançait. Et plus il avançait, plus l'espace semblait manquer, l'oxygène avec. Ces fichus résistants, aussi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mar 29 Avr - 18:00
Je me sentais pourtant un peu mieux depuis que j'avais mangé mais maintenant que je vois ce sang sur ma main, j'en doute beaucoup, je ne sais pas ce qui a pu provoqué cela mais ça persiste et je sens une légère douleur dans mon thorax. Je me suis isolé du reste du groupe des prisonniers pour essayer de me calmer, de faire en sorte que ça passe mais surtout de ne pas afficher ma faiblesse auprès des autres, surtout auprès des partisans que se ferait un trop bon plaisir de me savoir mourir, enfin je pense.

Je me dirigerais vers un point d'eau afin de l'ouvrir et de me nettoyer le visage, les mains et une partie de mes vêtements où il y avait du sang, tout en utilisant mon pouvoir de régénération de l'eau afin de récupérer de l'énergie et me soigner comme je le pouvais. Certes, je ne pouvais pas soigner cette foutue maladie, étant un virus spéciale apparemment, mais je peux quand même soigner le reste de mon corps et prendre de l'énergie grâce à l'eau afin de tenir le coup. Même si ça de moins en moins d'effet à cause de la maladie, comme par hasard, et cela commence à m'irriter de plus en plus.

Je soupirais un peu avant de lever la tête vers le ciel, prenant un petit bain de soleil puis je me redirige à nouveau vers le banquet, en attrapant une pomme fraiche au passage pour aller m'asseoir à côté de Luke, lui souriant, je me suis mis à dire. " Salut...content de te voir ! Comment tu te sens ? Je sais que la question est débile mais je veux dire, ça va , cela n'empire pas de trop ? " , avant de me mettre à le regarder pour constater les dégâts sur Luke, vu qu'il est malade depuis plus longtemps que moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mar 29 Avr - 18:28

Elle ne savait pas trop pourquoi elle était venue... sûrement pour faire acte de présence, puisqu’elle contrôlait les camps, et qu’elle devait veiller à ce qu’aucun partisan ne passe outre la punition infligée par Tyler. Mais cette atmosphère était trop étouffante et, en déambulant ci et là, Johanna ne put que constater que l’état des prisonniers se dégradaient... Pas seulement à cause de la faim, ou des mauvais traitements, mais également de la grippe, ou d’elle ne savait quoi. Elle avait vu le fils de Neptune, ou l’autre traitre de Castellan, en piteux états... Par précaution, elle préféra rester loin d’eux et ne bougea pas d’où elle était, observant en silence.
Jusqu’à ce que Tyler débarque pile dans son champ de vision. Elle se contenta de lever les yeux vers lui, une mimique presque similaire à la sienne tandis qu’il lui demandait où elle était passée. Et quoi, elle n’avait plus le droit de disparaître quelques heures sans prévenir ? Avec un petit air hautain, elle répliqua :

« En quoi ça te concerne ? »

Son attention se reporta sur les prisonniers qui parlaient, mangeaient, buvaient... S’amuser, peut-être pas, mais peut-être que plus tard, ce serait le cas... Elle, ça ne la faisait pas sourire, n’aimant pas particulièrement traîner des espèces de zombies derrière elle. La brune jeta un nouveau coup d’œil au fils de Neptune, Lumachinchose, puis sans vraiment quitter les autres prisonniers des yeux, elle déclara doucement à Tyler, quoi qu’avec un petit sourire au coin des lèvres.

« On devrait pas en tuer quelques-uns avant qu’ils ne nous refilent leur vermine ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mar 29 Avr - 18:40


En entendant Axel me questionner sur la nature de ma blague, histoire de savoir si elle avait un lien avec la première que je lui avais racontée, mon sourire s'élargit et je pouffai doucement de rire. S'il pensait que j'avais un répertoire qui était toujours relié à mes anciennes blagues, il se trompait. Ne venais-je justement pas de dire que j'étais le magicien des blagues? Je lui adressai un clin d'oeil pour toute réponse et me tournai vers Eryn.


S'il y avait bien une chose que je détestais le plus au monde, c'était que l'on m'appelle par mon prénom entier. Logan-James. Est-ce que j'avais déjà dit que j'avais l'horrible impression de me faire gronder lorsque c'était le cas. Quoique, c'était quand même Eryn qui venait juste de me le dire, la même Eryn qui venait simplement de me dire de ne pas faire de blagues. Non, mais on pouvait détendre un peu l'ambiance non? Sérieux, elle était un peu trop coincée, elle ne savait pas s'amuser lâcher son fou quoi! Et en plus si elle croyait qu'elle allait m'en empêcher juste parce que Madame avait décidé qu'elle ne voulait pas en entendre..

Je levai les yeux au ciel avant de lui marmonner un bonjour à mon tour et me tournai vers Axel, haussant les épaules. Je ne savais pas trop en fait. J'avais une petite idée, mais raconter ce genre de truc, c'était plus le domaine d'Eryn, pas le mien

- C'est pas à moi qui faut demander ça, Axel. Mes connaissances, elle s'arrête aux blagues, pas plus loin. Eryn pourrait certainement te répondre. Au fait Axel, tu sais ce qui est petit, vert et qui monte et qui descend?  
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mar 29 Avr - 19:11
« Je n’aime pas du tout leur soudaine hospitalité… » Nous étions d'accord là-dessus : leur soudaine "hospitalité" me paraissait vraiment louche, trop même pour ne pas être mise en doute. De toute façon, qui ne douterait pas de la parole d'un traitre ? Je serais une des premières à leur trancher la gorge, il est bien normal que je sois une des premières à douter de ce qu'ils disent. Et cela ne changerait surement jamais. Tout en mangeant et prenant le temps de mâcher correctement mes aliments, je regardais les personnes présentes autour de nous. Des partisans, des grecs, des romains, des malades, des... Non. Nous étions tous malades, d'une façon ou d'une autre, il ne fallait pas nier la chose. Oui, même toi Johanna, ou Tyler d'ailleurs, si tu croises mon regard. D'ailleurs, il me semblait les apercevoir, un peu en retrait par rapport aux autres... Que se passait-il, leur misanthropie refaisait surface ? Non, surement pas, mais j'avais comme une folle envie de prendre ma soeur dans mes bras et de lui tousser à la gueule. Mieux vaudrait éviter cependant, ce geste d'amour pourrait être mal interprété par de nombreuses personnes... Pas que ça me gène, loin de là, mais disons qu'un tour dans une salle de torture m'a largement suffit. « Je ne suis pas sûre de pouvoir appeler ça de l'hospitalité... ». Voilà la phrase que lui sorti après un moment de silence à observer toutes les personnes présentes à ce « buffet ». Il devait y avoir un coup foiré, on était d'accord, hm ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mer 30 Avr - 14:04
    Ce n’est pas parce qu’ils n’avaient pas mis de poison dans ce repas qu’ils ne préparaient rien pour nous rendre la vie encore plus compliquée. Ils auraient aussi bien pu nous laisser crever de faim, continuer à nous traiter comme des animaux bons à garder enfermés dans des cages et des étables insalubres; mais non, du jour au lendemain, ils nous offraient un banquet. Un banquet, pas une portion un peu plus grosse de pomme de terre ou une tranche de pain de plus qu’à l’accoutumée, c’était un banquet, putain. Tout le monde devait le sentir venir, le coup foireux, moi en tout cas, je m’en doutais. J’en étais convaincu. Blackstone, caché dans un coin sombre de sa tanière, devait déjà planifié ces prochaines tortures, ces prochains supplices qu’il nous ferait subir avec sa clique d’agneaux. Quels étaient les plans qui pouvaient germer dans l’esprit dérangé de ce tortionnaire sans pitié? Je m’inquiétais pour nous, pour le sort qu’il pourrait nous réserver. Additionner les morts? Multiplier le travail? Augmenter, de manière exponentielle, les mauvaises conditions dans lesquelles nous vivions? Je commençais à me créer des scénarios de toutes les horreurs que ce sadique aurait pu peaufiner pour nous. « Je ne suis pas sûre de pouvoir appeler ça de l’hospitalité… » fini par lancer Lena, balayant la place des yeux. Comme toute réponse, j’acquiesçais d’un vif hochement de tête. Quand mon regard fut attiré par un mouvement, non loin, je fus tenté de jeter un coup d’œil, avant de me rendre compte qu’il s’agissait là de Tyler – tient, il s’était enfin décidé d’arrêter de jouer au petit prince qui part se la couler douce dans son domaine de luxe – et de Johanna, plus connue aussi sous le nom de la Grande Générale des partisans. Immédiatement, j’avais planté mon regard sur Lena. Les avait-elle aperçu elle aussi? Et pourtant, je ne lui en glissais pas un mot, jugeant préférable de ne rien dire. Pourquoi? Sûrement parce qu’elle et cette générale cinglée, d’après les rumeurs qui circulaient, étaient toutes deux des filles d’Arès… Oui, c’était certainement pour ça. Plutôt, je choisis de me servir un punch, pour accompagner le repas que je venais d’engloutir. Ça me tuait de le dire, mais cette nourriture était délicieuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mer 30 Avr - 16:11
Seule la rage et la haine est descriptible sur mon visage, je lançais un regard noir sur l'ensemble des participants à cette fête, je n'ai envie que d'une seule chose, c'est de pouvoir leurs arracher les yeux à tous, un à un, lentement afin qu'ils puissent en souffrir autant que possible. Je ne sais pas si je me fais des idées ou non, surement un peu je pense, vu que beaucoup d'entre eux sont encore septique à ce qu'à annoncer Tyler par rapport au banquet et à la punition des partisans, qui est survenu d'un seul coup.

D'ailleurs, en parlant du loup, je le vois arriver au loin afin de rejoindre Johanna, il n'a pas l'air d'avoir changer quoique ce soit, d'être lui même alors pourquoi cette décision ? Pourquoi ridiculiser les partisans aux yeux de tous ces déchets ? Qu'es ce qu'il peut bien cacher ? En y pensant, il aurait très bien pu empoisonner les plats et tuer les prisonniers mais ils sont tous encore en vie, puis il a besoin de mains d'œuvre et Gaïa tiens à la survie des plus forts afin qu'ils rejoignent nos rangs. Mais alors quoi ?

Je commence à un peu trop réfléchir mais cette situation me met dans un tel état qu'il me faut comprendre pourquoi je subis une telle punition, beaucoup de partisan ont l'air de ne pas vraiment ce creuser la tête et accepter mais je ne suis pas de ce cas là. Je n'ai pas subis mille horreur dans ma vie pour laisser traiter ainsi, je suis après tout l'un des premiers à avoir rejoindre les partisans depuis sa création. Je croisais les bras en grognant, il est clair que si ça n'aurait pas été Tyler qui est mis au point cette stupidité, je me serais rebellé depuis un bon moment...
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mer 30 Avr - 17:29
Nous ne sommes que des moutons, tellement faibles, autant physiquement que mentalement qu'il suffit qu'un seul d'entre nous saute sur la nourriture et nous suivons tous. L'effet de groupe. Des moutons, des animaux, des bêtes ... Elles sont bien loin les années tranquilles et joyeuses que l'on passait à la Colonie pendant les vacances. Maintenant, nous sommes tous là, grecs et romains pour bien nous montrer que tous les opposants de Gaïa sont logés à la même enseigne. Nous ne sommes pas beaux à voir, nous le savons. On nous fait garder par des chiens, ils ont l'interdiction de nous toucher, notre repas avec. Tout dans la comparaison avec les moutons se tient.
Je délire, je délire complètement. Les effets de la captivité se font amèrement ressentir. La folie me gagne, en plus que la maladie et l'affaiblissement physique. Et demain ? Que ferons-nous ? Nous serons pleins d'énergie, parfait pour encaisser les humiliations, travailler et être battu avec encore plus d'ardeur !
J'observe les gens autour de moi. Des Partisans nous entourent, je reconnais des visages, mais les noms ne me viennent pas à l'esprit à part celui de Jensen. Difficile à oublier lui. Atalante nous rejoint. Je la salue d'un mouvement de tête, trop occupé sur mon repas. La conversation dérive, on s'informe sur Cassandre. Elle ne doit pas être bien loin, après tout, nous sommes tous réunis ici, pourquoi elle ne le serait pas ? Je fini par demander la question qui me taraude :
-Pourquoi ils ont fait ce banquet ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mer 30 Avr - 18:55
La conversation avait maintenant dérivée vers Cassandre, que personne n'avait vu. Elle était forcément quelque part dans cette masse de prisonniers, les partisans n'avaient certainement pas laissés des prisonniers en reste, ils étaient tous présents ici. Une voix la sortit de ses pensées; « Pourquoi ils ont fait ce banquet? » Chelsea tourna la tête vers Alexei qui venait de poser cette question pertinente. La jeune fille soupira, avant de hausser les épaules; « Honnêtement, je n'en sais rien du tout. Je trouve ça suspect, mais bon autant en profiter pour manger et se requinquer. » Pui,s elle marmonna à elle-même; « Même si j'ai la désagréable impression d'être au même niveau qu'un chien. Et Zeus sait que je n'ai rien contre les chiens. » Au moins, elle n'était pas la seule à se poser cette question. La jeune fille se sentait moins paranoïaque. Elle observait les visages aux alentours, reconnaissant quelques partisans et prisonniers de ci et de là, elle mangeait, en silence, les joues creuses, des cernes noires sous les yeux, les cheveux sans éclat. Tout avait changé chez elle, si sa mère la voyait maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mer 30 Avr - 22:11
Je m'envoyai une grande rasade de Kool-Aid tout en gardant un œil sur mes deux demi-membres de fratrie. Cette question devait turlupiner tout le monde à coup sûr. Et la réponse de Chelsea était fondée. J'avais lu Au Bonheur des Dames un jour, par manque de distraction. Et un des paragraphes me revenait en tête, une phrase en particulier. Pour que la machine tourne, on entretient les rouages. Ils étaient la machine, nous étions ses impuissants rouages. Je levai les yeux au ciel. Que papa ou maman se remue un peu enfin...nous laisser moisir ici... Enfin, je ne leur en voulais pas vraiment. Mais bon, mon cerveau commençait à perdre les pédales. J'étais quasiment certaine que si nous restions plus longtemps encore dans cette servitude, j'allais vraiment descendre les échelons de l'évolution. O ire en dégringoler.

"Qu'est-ce qu'elle me défoncerait, ma mère, si elle me voyait..."

Oui, dans cette situation, j'arrivais à penser à ma mère et alors? Elle aurait pas supporté de me voir manger comme une chienne en m'extasiant sur cette nourriture qui m'avait manqué. Et surtout que malgré moi j'en étais contente. Athenodora Hill, c'était la fierté des romains et le sang chaud des Grecs en un seul corps. Et cette femme m'avait donné la vie. On comprenait mieux pourquoi j'étais bizarre. Et je conclus:

"Et après elle irait hurler sur papa dans l'Olympe pour nous laisser dans une situation pareille."

Oui. Je pétais lentement les plombs. ET ALORS?
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 1 Mai - 23:44

La réponse vint, brève et polie. Mon regard croisa de nouveau le sien, et j’inspirais doucement. Qu’elle reste calme ou le partisan en profiterait. Je ne savais pas ce qu’il y avait entre eux, qu’elle était leur lien, mais ce qui était clairement lisible, c’était qu’il se sentait trahi, et qu’il comptait bien se venger d’une manière ou d’une autre, ne serait-ce qu’en la faisant sortir de ses gonds. Un coup d’œil à l’allure de la demoiselle, et je serrais le poing sous la table. Elle était fatiguée, malade, comme Lucian, alors pourquoi s’acharner ?

Léna s’assit auprès de nous, brisant mes pensées, et je lui offris un signe de tête calme. Sa parole suivante fut pour provoquer Victor, et je haussais un sourcil, me faisant la remarque qu’il n’avait guère laissé de demoiselles heureuses, après l’avoir connu. La grecque ne tarda pas à partir, et je remarquais qu’elle rejoignait Noah.

Mon attention se reporta alors sur Shay, pour laquelle, je cachais mon inquiétude.

Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 1 Mai - 23:57

La question d’Axel était justifiée. Quiconque ayant pris connaissance de la rébellion du nouvel an, était en droit de se demander ce qu’il s’était passé. Moi-même avais du mal à comprendre comment les choses avaient pu s’envenimer aussi rapidement. Néanmoins, comme son interrogation semblait viser Parker, je laissais le silence répondre à ma place. J’avais déjà assez honte comme cela.

Lorsque le deuxième garçon parla, je me retins de lever les yeux au ciel. Evidemment qu’il me laissait trouver des explications quant à notre incompétence, puisque lui-même ne ressemblait pas un soldat. Ni de près, ni de loin. Et quand j’eus la motivation de me tourner vers Axel pour lui parler, Parker sortit sa devinette. Etait-ce vraiment le moment de lancer ce genre de répliques ? Au vu de l’expression du plus jeune, je compris que cela devait être quelque chose de normal entre eux. Et gardais finalement le silence.


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Ven 2 Mai - 0:40
    Oui bon, pour la blague, j’avais fait un lien assez con: tu vois, la blague de la cravate, c’est qu’elle est longue et plate, et puis, il m’avait demandé si je désirais une blague courte ou longue… Enfin, un lien complètement incohérent mais qui, sur le coup, m’avait paru plus que probable, le connaissant. Tout pouvait y passer dans le fameux répertoire de monsieur Parker, c’est ce dont je m’imaginais: des devinettes aux blagues de banane tout en passant par les jeux de mots et les charades. Après tout, ça ne m’aurait pas étonné de sa part; ça aurait toujours pu donner quelque chose d’un tant soit peu intéressant. Ou pas… Enfin, je n’en savais absolument rien: contrairement à LJ, je n’étais pas un aussi bon raconteur.

    Enfin, pour revenir à la situation actuelle… Je demandais donc à LJ de me parler un peu plus des rébellions, mais visiblement, ce dernier ne s’intéressait pas à grand-chose, excepté faire sourire les gens en faisant le pitre ou en contant ces blagues à tous ceux qui voudraient bien les entendre – et même ceux qui ne voulaient pas devaient vivre avec. Ce qui n’était pas mal en soi, mais pour l’image que j’avais des partisans, c’était assez étrange de le voir en pleine action. Il était comme une tâche blanche sur le papier noir. Une belle et rayonnante tâche blanche. D’ailleurs, il me soulignait son ignorance d’un petit haussement des épaules, avant de me poser une nouvelle énigme, où, pour une fois, je me forçais à me creuser les méninges pour y réfléchir. Pas longtemps, cependant, car j'étais toujours curieux de connaître la réponse à ma question: « Vert? Qui monte et qui descend?... Euh... Un pois dans un ascenseur? » J'en savais trop rien en fait. Et doucement, mon regard pivota en direction d'Eryn, restée silencieuse, comme pour l'inciter à me répondre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Ven 2 Mai - 19:55
« Qu'est-ce qu'elle me défoncerait, ma mère, si elle me voyait... » L'archère posa un regard curieux sur la romaine. Ah, voilà qu'elle pensait à sa mère. Enfin, au vu de la situation il était normal d'avoir une pensée pour sa famille, après tout étaient-ils tous sûrs de revoir leur famille un jour? Autant préserver leur visage dans leur mémoire pour ne pas les oublier. « Et après elle irait hurler sur papa dans l'Olympe pour nous laisser dans une situation pareille. » Chelsea sourit d'amusement à la remarque de sa demi-soeur romaine. Elle devait le reconnaître, sa mère devait vraiment avoir du cran si elle était capable de faire ça. Chelsea avait du mal à voir sa propre mère crier, balancer des injures par contre... ;  « Ma mère, elle, serait en train de donner tout plein de noms d'oiseaux à tous ces partisans. » Et elle prit une fourchée de pâte bolognaise pour ponctuer ses paroles. Mâchant consciencieusement (cette si bonne nourriture ne devait pas être gâchée voyons!)(et puis, elle mangeait devant tous ces partisans qui n'en avaient pas le droit, autant les narguer un minimum non?) Chelsea observait ses Alexei, Evanna qui restait silencieuse et Atalante, le regard pétillant. Il fallait croire que manger lui redonnait un peu de sa bonne humeur naturelle, car elle continua sur un ton de confidence; « Et serait en train de maudire papa de toutes les insultes qu'elle connaît. » Pour vu sa mère des dizaines et des centaines de fois au volant, elle savait de quoi sa génitrice était capable. Cette dernière faisait partie de ces personnes qui s'emportaient facilement au volant, et croyez moi, c'était très drôle à voir. Drôle et effrayant.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
I.02 Flash RP et RP commun des prisonniers: Le Grand Banquet. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant
Sujets similaires
-
» I.02 Flash RP et RP commun des prisonniers: Le Grand Banquet. [Terminé]
» PREMIERE HEURE FLASH !UNE INFORMATION VANT KOK !
» Flash! Flash! Dissolution du Conseil Electoral Provisoire
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Flash! Le Président Michel Joseph Martelly en lutte contre la corruption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Percy Jackson RPG :: Les camps :: Le Camp Grec-
Sauter vers: