Tumblr we ♥ pj rpg.Level Up!talents treesQuests and missionsThe PleiadesSpécial AbilitiesDivine ShopTerritorial warThe Bestiary
A savoir
# Enfants de dieux mineurs/génésiens débutent niveau 3, 2 pouvoirs.
# De nouveaux pvs de dieux sont libres ainsi que Perséphone, Arès, Aphrodite, Eos, Apollon !
# Ne manquez pas le nouveau bestiaire et l'annexe spécial "astraïens"

WANTED POSTER

■ Wanted PJiens, PJiennes, la traque est lancée autant chez les pro-olympiens, que les insurgés. C'est la guerre, il n'y a plus de limite en terme d'horreurs. Voici les récompenses capture.
□ Pour les divinités supérieurs | 300 PE de base - 500 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne Ouranos, Zeus, Poséidon et Hadès)
□ Pour les divinités | 300 PE de base - 450 PE pour la fuite ou la capture définitive. (concerne olympiens, astraïens, dieux mineurs, astraïens)
□ Pour les chefs de camp | 300 PE de base - 300 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ chefs de brigade | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les êtres surnaturels | 250 PE de base - 250 PE pour la fuite ou la capture définitive.
□ Les soldats insurgés, grecs et romains | 200 PE de base - 200 PE pour la fuite ou la capture définitive.
● Nota Bene ●
○ Les parques ont mis fin à l'ascension de Chaos en le renvoyant dans le néant ○ Zeus est de retour sur l'Olympe ○ Ouranos fait appel aux "anciens déchus" d'autres astraiens pour mener la guerre contre les olympiens ○ La "Grande Guerre" est lancée ○
○ Relancement du Wanted; Zeus et Ouranos lance la traque de leurs ennemis ○ Les grecs et les romains sont en désaccord pour la guerre des territoires ○ Les deux camps (grec et romain) sont également en compétition, pour la récompense honorifique ○
Percy Jackson RPG
« Out in the city, in the cold world outside, i don't want pity, just a safe place to hide. »

 :: Les camps :: Le Camp Grec Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I.02 Flash RP et RP commun des prisonniers: Le Grand Banquet. [Terminé]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant
avatar





Invité
Invité
Jeu 24 Avr - 2:57
Sur la planète Terre, il y avait beaucoup d'injustice. La première grande injustice était que le rire n'était pas une monnaie et la deuxième était de voir bouffer ses prisonniers devant nos yeux sans rien pouvoir faire. Vraiment une fête? Je pouvais comprendre qu'ils mourraient de faim... mais... du kool-aid! Des pommes, tout plein de pomme. J'avais faim moi! Je voulais manger! Pourtant, je n'étais pas assez fou pour désobéir aux ordres cette fois. Pas envie de me faire remarquer. Déjà que je passais lourdement inaperçu. Difficile la vie parfois non? Difficile aussi de fêter lorsque nous étions interdis de manger. Sérieusement, où allait le monde...

C'était donc pour ça que depuis le début, je tournais en rond autour des victuailles sans jamais m'approcher de la nourriture. Je restai quand même à distance raisonnable de la table, mais je tournai autour, telle une abeille voulant le miel ou le pollen qu'elle ne pouvait pas avoir. En même temps, je n'avais pas besoin de cette nourriture, mais juste l'attrait de l'interdis était trop fort.

Après avoir fait exactement 25 tours autour de la table, j'arrêtai, trouvant ça futile et cherchait du regard quelqu'un avec qui je pourrais parler. Faire la discussion avec les prisonniers n'était pas vraiment mon fort, surtout que je ne voyais pas d'ami. Puis j'aperçu un partisan au loin... Son nom, du moins je le crois, était Jensen. Bah, il avait l'air seul, je pouvais bien aller discuter avec lui... Aussitôt dit, aussitôt fait. En l'espace de quelques secondes, je me retrouvais près de lui, prêt à entamer ce qui pourrait être une conversation, ou un monologue de ma part.

- Hé.. Jensen, c'est ça? Désolé si je demande, j'ai mauvaise mémoire. T'a envie de discuter? C'est barbant de regarder ce qui se passe ici sans rien faire et puis nous sommes dans le même camp. Au fait, si tu ne te souviens pas de mon nom, moi c'est Logan-James, L-J. pour la version courte.

Je lui adressai un sourire amical, espérant sérieusement me trouver en lui un ami à qui parler.

Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 24 Avr - 3:34

Les camps étaient réunis à l’occasion d’un festin pour les prisonniers. Les camps romains et grecs s’étaient amassés en un groupe de gens devenus maigres et affamés par la prison. Ils avaient subis de terribles sorts, et la partisane en était consciente, mais pour être franche, elle s’en fichait humblement. Alesya n’avait aucune compassion pour ce qui était de la résistance. Pour ce que cela lui prenait, ils pourraient tous périr demain matin qu’elle serait heureuse. Néanmoins, les dieux devaient échouer, et leurs enfants allaient être les premiers à subir le mauvais sort.
La blonde s’était rendue à la petite «fête» organisée, et elle remarqua que plusieurs personnes étaient déjà arrivées. Comme d’habitude, son arme était accrochée à son dos et les lames tranchantes aux bouts de son arc rayonnaient dans la lumière. Elle ne savait jamais quand elle aurait l’ordre de partir en chasse, et elle préférait être convenablement préparée pour affronter ce qui allait venir. La demoiselle repéra aisément certains partisans, comme Jensen et Logan-James. Dès qu’elle vit le fils d’Héphaïstos, son cœur fit un bond mais elle ne le releva pas et se rendit à leurs côtés avec un petit sourire accroché aux lèvres. « Beau festin, hum? » lança-t-elle en regardant les alentours. Elle aurait bien aimé profiter de la nourriture qui semblait délicieuse, mais elle savait que c’était interdit. « Tout ça me donne faim… » À la suite de ses paroles, elle décocha un sourire aux garçons. « Vous allez bien, tous les deux ? Je ne savais pas que vous vous connaissiez. » et lança un regard dans la salle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 24 Avr - 5:33
Maudits soient t'ils, surtout lorsque je vois certains de ces prisonniers prendre un malin plaisir à nous narguer mais que ça leurs plaisent, je vais retenir en mémoire leurs visages et nous verrons plus tard qui profitera de l'autre. De toute façon, ce n'est pas comme si cela allait durer longtemps, ce n'est qu'une fête d'une journée, à peine ensuite tout reprendra un court normal et ils verront à nouveau leurs quotidiens plongés dans le chaos qu'ils ont tant mérité. Mais bon, je raconte tout ça afin de justifier le fait que je me sente comment dire...un peu dégouté de ne pas pouvoir moi aussi profiter d'une fête ainsi et surtout de la nourriture abondante qui se trouve sur les tables.

Je gardais donc mes bras croisés sur mon corps avant de les serrer un peu, me retenant du mieux que je le pouvais afin de ne pas laisser transparaitre mes émotions. Manquerait plus que ça d'ailleurs, déjà victorieux de notre punition, de leur donner en plus le fait que nous soyons frustrés de ce qui nous arrive et qui plus est d'être en colère de les voir satisfait de leur avantage. Non, je préfère garder mes émotions pour moi et ne pas me laisser berner par ces prisonniers. Hum enfaite, je ne devrais pas y penser tout court vu que je me torture l'esprit pour rien, je dois juste laisser couler le temps et me mettre en tête que ce n'est juste qu'une surveillance un peu plus stricte que ceux qu'on fait d'habitude.

Je craquais donc mes doigts rapidement, les uns après les autres avant de me mettre à faire un rapide tour de tête afin d'observer les prisonniers, nous sommes peut être priver de nourriture, mais nous avons toujours le pouvoir de sévir si l'un des prisonniers va trop loin. J'observais par la suite un des partisans, du nom de Logan-James venir près de moi et commencer à parler, beaucoup trop vite à mon gout. Ayant bien l'air existé malgré ce qui nous arrive, je me suis mis à la regarder pendant un temps avant de répondre : " Hum, je sais qui tu es ! Et oui, je suis bien d'accord, il vaut mieux nous occuper avant que cela ne nous monte à la tête. " , grognais je quelque peu alors que juste après, Alesya se mit à apparaitre. Un léger frison parcourra mon corps et du regard, je me suis mis à la saluer, avant de me mettre à l'écouter, hochant de la tête afin de lui répondre également, " Je vais...je vais pas dire que je vais bien mais ça peut aller, une humeur passable dirons nous. Hum, non je ne connais pas vraiment L-J , enfin pas personnellement mais je sais qui il est comme je lui ai dis. " , souriais je un peu, tout de suite un peu plus détendu que tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 24 Avr - 17:44

Entre la faim, la fatigue, le moral au plus bas, et ce virus dont on ne savait pas grand-chose, l’état des prisonniers n’était clairement pas glorieux. Lucian sembla se redresser légèrement, fier comme toujours, et j’aurais certainement esquissé un sourire amusé, dans d’autres circonstances. Hochant la tête à sa question, je lui répondis que tout allait bien de mon côté. Alors que rien n’allait, en vérité. Distraitement, pensive, je me mis à manger sans appétit. Etrange, hein ? Ben non, pas trop. Je n’étais pas faite que de nourriture et de boisson, mais surtout d’esprit. Et là, mon regard était surtout accaparé par la situation entre la blondinette et le partisan, Victor.

Les mots me parvenaient, à peine soufflés, et je fronçais les sourcils, silencieusement. Avant de prendre ma décision. J’avais enfoncé Shay lorsqu’elle était une espionne ? Ce ne serait plus le cas. Me levant de mon banc, je posais ma main sur l’épaule de Lucian, lui laissait un léger baiser sur la joue, avant de rejoindre Shay et de m’asseoir à ses côtés. Sans un mot. Sans même faire accorder un seul coup d’œil au partisan.

« T’en veux ? » demandais-je calmement à la blondinette, en tendant mon assiette, avant de croiser son regard. Dans le mien, elle put y lire une lueur farouche éclairant un visage neutre, poli, et sans émotions.


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 24 Avr - 18:36

    Shay avait beau être affamée. Son ventre réclamant sa pitance mais la présence de Victor l'empêchait de se concentrer sur la nourriture. Il était furieux. Elle se sentait minable d'avoir à l'affronter comme ça. Et pourtant, elle était sincère envers lui, Shay avait toujours essayé de l'être au maximum car pendant longtemps elle n'avait plus que lui. Alors oui, la blonde tentait par tous les moyens de s'expliquer et de lui faire comprendre que jamais elle ne l'aurait mêler à tout cela - Shay avait toujours été son amie et malgré tout, le sera toujours. La blonde sentait qu'il fumait, qu'il perdait pied à cause d'elle. Seulement, Shay voulait toujours croire qu'il ne lui ferait aucun mal, de toutes manières la blonde ne pourrait même pas se défendre dans son état actuel.

    "Je sais que tu es ou étais mon ami. Tu as toujours beaucoup compté pour moi, Vic. Mais je n'avais pas le droit de te mêler là-dedans." Elle leva les yeux vers lui et voulut lui répondre, insister ou le convaincre mais une personne s’installa à côté d'elle. Ses yeux contemplèrent son visage alors qu'elle lui proposait de la nourriture. Un sourire fatigué éclaira son visage en regardant la Romaine et elle se servit dans son assiette. "Merci." Son regard était reconnaissant et légèrement inquisiteur. Elle ne cessait de la surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 24 Avr - 22:14

Une mise en scène un peu théâtrale, certes, mais qui avait le mérite d’établir un plan psychologique quasiment parfait. Mon regard s’attarda sur les silhouettes des prisonniers, les uns après les autres, retenant leur visage, et leur posture avachie. Il n’y avait aucune chaleur humeur dans ce tableau. Leur verve, et leur force morale semblaient avoir disparu complètement. La misère qui s’affichait sur leur faciès me laissait froide. Je n’étais pas insensible au point de ne pouvoir imaginer leur soulagement et leur bonheur face à une telle quantité de nourriture, mais nous étions en guerre, et ils n’étaient alors qu’une multitude de corps sans réelle importance.

Je m’étais approché silencieusement des abords de la fête, enregistrant la moindre information, avec cette absence d’émotions qui me caractérisait. De loin, je remarquais la présence de Tyler, de Jensen, de Victor, Logan-James ou encore Alesya, et m’approchais quelque peu, sans être proche pour autant. A la place, je reportais mon attention sur les prisonniers.

Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Jeu 24 Avr - 22:50
Son regard ne le quittait pas. Pendant que Tyler faisait sa tirade, Kiarah ne l'avait pas quitté des yeux une seule seconde. Si seulement les regards pouvaient tuer... Ce sociopathe ne manquerait à personne. Hormis à Johanna. Mais sa sœur, pour le moment, elle n'en n'avait cure. Tout comme le reste des partisans. Ce sentiment se renforçait aujourd'hui, en ces circonstances. En effet, les partisans avaient eu la bonne idée d'organiser un buffet. Pour les prisonniers. L'ironie de la situation faisait qu'ils les faisaient crever de faim ces dernières semaines, suite à la rébellion. Personne n'avait oublié, personne n'y avait échappé. Ils subissaient les conséquences de leur soulèvement continuellement. Kiarah en portait encore les traces, parmi tant d'autres. Tyler y avait veillé. C'est pourquoi elle le détestait farouchement. Jusqu'ici, il n'était que le toutou de sa … sœur. Sans être grossier. Désormais, il était tout autre chose. Elle s'était promit de lui faire avaler la poussière, à un moment ou à un autre. Elle n'était pas dupe. Personne n'était dupe. Ils préparaient un sale coup. C'était obligé. Pourtant, en dévorant des yeux les plats qui se proposaient à eux, Kiarah pouvait presque penser que Tyler était sincère. Or, il ne l'était pas. Elle en était persuadée. Son estomac se mit à crier famine, en même temps que ceux des autres. Chacun mourrait de faim. C'était une tentation irrésistible. De plus, personne ne pouvait se dérober. Avec un soupir las, Kiarah se résigna. Elle sentit son estomac se tordre en approchant un peu plus près, alors que leur arôme lui arrivait aux narines. Certes il fallait qu'ils reprennent des forces... Depuis quelques temps, on pouvait remarquer les dégâts causés par ce mauvais traitement. Kiarah, bien que mince à l'origine, avait presque la peau sur les os. Comme tant d'autres. C'en était horrifiant. Mais, qu'y avait-il d'étonnant ? Pour finir, elle prit place sans faire histoire. Elle avisa Eileen et Lucian, non loin. Ses yeux dérivèrent sur les partisans qui les encadraient, et avec une grimace, elle se mit à manger. Elle se fit violence pour ne pas se mettre à tout engloutir, elle gardait à l'esprit le risque que cela représentait... En levant le menton, la fille de Mars remarqua une autre présence non désirable. Eryn. L'une de ses sœurs traîtresses. Kiarah serra sa fourchette un peu plus fort. Leur dernière rencontre revenait à plusieurs jours. Eryn lui avait donné quelques... bon traitements, suite à son comportement. Kiarah en gardait un souvenir amer. Elle comptait bien avoir sa revanche, en temps et en heure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Ven 25 Avr - 0:48
J'observais donc Eileen, la voyant regarder ailleurs, elle me fixa un temps avant de se lever, me déposer un bisou sur la joue et partir en direction d'une autre prisonnier. Je ne refuse jamais sa compagnie mais pour le coup, j'avais du mal à rester longtemps stoïque devant mes amis, à leur montrer que je me porte bien alors que non, je sentais de plus en plus ce virus me détruire de l'intérieur. En réalité, par moment la douleur est tellement insupportable, que lorsque je me retiens de trop, à ne pas vouloir afficher ma souffrance, je m'évanouis. Ce qui allait arriver bientôt, mais en la voyant partir, je me relâche avant de respirer un peu plus fort, baissant quelque peu la tête pour me remettre, grimaçant en sentant une lourde douleur provenant de mon thorax.

Je cherchais des yeux un verre, devant moi ce tenait un verre de vin, mais il me faut de l'eau afin de laisser passer cette toux, je me levais faiblement avant de me servir un verre d'eau et de commencer à le boire, restant devant j'attendais que la douleur passe. Mais au lieu de ça, elle a commencé à s'accentuer devenant de plus en plus vif, je frappais légèrement mon thorax comme pour essayer de le calmer. Mais à la place, je me suis mis à cracher du sang, observant le sang dans ma main, je regardas autour de moi alors que tout le monde commençait à avoir les yeux braquer sur moi. Je ne veux pas paraitre faible, JE NE SUIS PAS FAIBLE, je grognais intérieurement avant de prendre une serviette et m'isole au loin pour rester seul, m'essuyant me sentant un peu mieux déjà en respirant.

Ayant l'impression que la maladie de mon côté a tendance à être de plus en plus forte et qu'elle grimpe rapidement sans que je puisse y faire quelque chose. Voyant Luke au loin, lui aussi touché par la maladie comme il l'avait été leur de la rébellion, il semblait pourtant plus en forme que moi. Alors pourquoi cela c'est si vite dégradé pour mon cas ? Es ce que je me dépense trop et cela à pour conséquence d'accentuer le développement de la maladie pour mon cas ? J'en sais rien mais en tout cas, cela commence à réellement m'énerver et me tuer à petit feu...
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Ven 25 Avr - 15:43

« Hey, t'es venue sans ton oreiller cette fois? » Chelsea tourna la tête vers Evanna qui venait d'arriver vers elle. Après avoir eut un maigre sourire, elle avala la bouchée du sandwich qu'elle était en train de mâcher puis elle répondit; « Oui, je pense que ce serait mal vu que je vienne avec. » Elle eut un rire qui sonnait faux. Ah, elle et sa bonne humeur en avaient pris un mauvais coup ces derniers jours entre la fatigue et la faim. Puis elle reprit une bouchée. Même si elle refusait de montrer quoi que ce soit, elle devait admettre que c'était un bon sandwich et qu'elle était soulagée d'avoir enfin quelque chose de mangeable à se mettre sous la dent. Hors de question d'être reconnaissante envers ces traîtres de Partisans, mais cela faisait du bien de manger et de se remplir la panse. Chelsea jeta un regard et un petit sourire à Alexei qui n'était pas loin d'elle puis elle eut un regard vers l'assiette d'Evanna; « Des frites et du nutella, vraiment? » Ses yeux pétillaient, et la blonde devait avouer que mélanger les deux ne devait pas être forcément agréable à manger. Mais si son amie le faisait, c'est qu'elle devait aimer ça.
Chelsea observa les groupes qui se formaient petit à petit aux alentours, puis elle reprit une bouchée de son sandwich. Elle continuait de rester méfiante, même si beaucoup avaient abandonnés leur prudence et s'étaient mis à manger de bon coeur. Cela ne lui ressemblait pas de se méfier ainsi, mais elle avait changé avec les temps qui courraient.

Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Ven 25 Avr - 19:45

Jensen porta son regard sur elle et un frisson parcouru son échine. Encore une fois, son coeur fit un bond dans sa poitrine alors qu'il la regardait droit dans les yeux. La jeune femme tenta de porter son attention ailleurs, comme sur les prisonniers qui emplissaient la salle. Bon nombre d'entre eux avaient commencé à manger sous les yeux envieux des partisans de Gaïa. Ceux-ci n'avaient aucun droit de toucher les assiettes puisque les résistants avaient été emprisonnés et affamés durant des jours, sans oublier les tortures nombreuses que certains d'entre eux avaient subis. Ses yeux de glace se portèrent sur les nouveaux arrivants et elle se tourna pour leur faire face, se mettant à côté de Jensen, à une distance respectable. En état d'alerte, elle était désormais vis-à-vis les gens qui mangeaint avec appétit et qui avaient droit à un véritable festin. Néanmoins, Jensen lui répondit en disant qu'il connaissait un peu L-J., très sommairement. Il lui avait même légèrement souri, l'air plus détend que deux minutes avant son arrivée. « Je vois. » Jensen l'avait regardée par la suite à nouveau, mais elle dévia ces yeux qui la faisaient rougir à chaque occasion. Elle porta son attention sur L-J., en lui souriant de toutes ses dents et fit le même sourire à son... ami. Elle ne connaissait pas certains nouveaux arrivants, mais il fallait dire que des romains étaient là également... « Je serais bien tentée de leur piquer leurs assiettes... Ils ont intérêt à les vider. » prononça-t-elle calmement. Depuis qu'elle avait vécu la famine, la blonde ne supportait pas les gens ne finissaient pas leurs repas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Sam 26 Avr - 8:02
    « Cher Papa,
    C’était une drôle de soirée, mais une première pour moi, qui allait enfin pouvoir rencontrer ces prisonniers dont parlaient tout le temps les partisans. Si j’avais déjà eu l’opportunité de leur jeter quelques regards en coin, jamais je ne les avais vus ainsi. Ils avaient la peau sur les os, plusieurs étaient aussi faméliques que les chiens errants de la ville, et ils puaient: oh oui, ils puaient. La fatigue. Le désespoir. Mais surtout, la faim Papa. Oui, ils mourraient tous de faim. »


    ***

    J’avais suivi la vague, sans opposer de résistance au flot qui m’amena, irrévocablement, vers le camp grec, où était disposée une grande table parée de victuailles de toute sorte. Je fus surpris par une telle quantité de nourriture, et observait les lieux, croisant les visages des prisonniers qui défilaient de chaque côté de la table. Leurs yeux étaient avides de ces plats si bien remplis et s’ils se retenaient pour ne pas sauter sur la nourriture, plusieurs, sans exagérer, salivaient. Penchant la tête sur le côté, je les regardais faire, notant au passage l’étroitesse de leur taille, les poches sous leurs yeux, l’allure famélique de leur corps, le misérable de leur posture. Et pourtant, je fis à peine attention à leur condition, cherchant du regard les partisans qui étaient venus avec moi. La première personne que je reconnus parmi la foule fut Eryn, postée non loin d’un petit groupe, composé de Logan, d’un autre homme et d’une jeune femme; ils semblaient être en pleine discussion. Discrètement, je m’approchais de mon mentor pour me glisser à ses côtés, aussi silencieux qu’une ombre. Je la regardais du haut de mes quatorze ans avant de reposer mon regard sur les prisonniers. L’attraction des odeurs, de la faim, avait déjà emportée plusieurs des demi-dieux, qui se servaient avec précipitation, restant néanmoins prudents. Un maigre sourire s’était dessiné sur mes lèvres, fragile petit haussement des lèvres, alors que je demandais à Eryn: « Ressens-tu quelque chose pour ces gens? Les voir comme ça ne te choque pas? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Sam 26 Avr - 8:04
    J’avais l’impression de me briser à chaque pas. À chaque nouveau pas, ce sentiment de me fissurer sous la douleur et la fatigue s’intensifiait, devenant insupportable, intolérable. Ce n’était plus que physique; ces chiens s’attaquaient également à notre esprit. Devant tant de nourriture, je ne pouvais que saliver, tendant une main tremblante vers un premier plat, mais me ravisai à la dernière seconde, inspectant le contenu de la nourriture que j’allais me servir. Et si tout ceci n’était qu’une mauvaise plaisanterie? Un subterfuge pour nous appâter, pour amoindrir notre vigilance? Je n’étais pas né de la dernière pluie et j’avais suffisamment côtoyé leurs esprits, sadiques pour la plupart, complètement fous pour les autres, pour me méfier de tout ce qui venait d’eux. Ils m’avaient transmis leur folie, transmis la violence de leur esprit. Et après les événements que j’avais vécus dans ma cellule, coincé avec cette déesse tortionnaire, j’avais tous les droits de me montrer suspicieux quant à la véracité et au bien-fondé des paroles de ce Blackstone de merde.

    Mais mon estomac me faisait si mal. Dès que l’odeur alléchante de la nourriture s’était sournoisement glissée dans mes narines, il s’était rebellé, déchaîné comme jamais. Il avait su s’habituer au régime de famine que les partisans nous avaient imposé, mais à la vue de toute cette nourriture, à l’idée de se remplir, enfin, la pitance avec allégresse, il n’avait pas réussi à se contrôler, grognant avec force. Doucement, j’apportais ma main à mon ventre, avant d’empoigner l’assiette d’une main ferme et de me choisir une place, quelque part, sur la place. Loin des yeux, loin de tous; pour une fois, je ne désirais m’approcher de personne. Et alors que je me dirigeais vers une table inoccupée, mon regard se posa sur le petit groupe non loin, qui se tenait à l’écart des prisonniers. Un immense sentiment de mépris et de dégoût monta en moi en les apercevant. Rapidement, je détournais la tête, pour ne pas laisser la colère me submerger, et d’un pas vif, presque rageur, j’avais parcouru les quelques mètres qui me séparaient de ma table. Furieusement, j’avais balancé mon plat sur la table, avant de me prendre une chaise et de m’asseoir, observant, sans gêne, le groupe de partisans. Des pensées assassines, meurtrières, à la limite du génocide, me traversaient l’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Sam 26 Avr - 15:43
Cinglé, voilà ce qu’était Tyler. Il était complètement atteint. Les faire venir ici devant ce somptueux repas en leur disant de manger eux, qui depuis des mois mourraient de faim? Sans plan diabolique derrière? Impossible. Cela était tout simplement inconcevable. Heaven n’arrivait pas à s’imaginer qu’un tel monstre n’ait pas un plan derrière la tête. La nourriture était peut-être empoisonnée? Peut-être que ceux et celles ayant mangé le plus de nourriture se feront offrir une merveilleuse séance de torture en guise de prix? Ouais surement quelque chose dans ce genre-là.

Au tout début, la romaine restait assise bien droite sur le banc en essayant de respirer le moins possible les effluves délicates qui émanaient de la tarte aux fruits devant elle. Elle avait l’impression que la pâtisserie la narguait, qu’elle lui disait qu’elle était complètement idiote de se laisser mourir de faim de la sorte, qu’une petite pointe ne la tuerai pas. C’était comme si des griffes invisibles lui déchirait les entrailles. N’en pouvant plus, la fille de la Discorde se servit un petit morceau en tremblant. La tarte avait raison, un morceau de la tuerait pas. Pour être certaine, la belle brune mit en charpie son dessert pour éviter les mauvaises surprises qui pourraient s’y cacher. Rien. Rapidement, elle engloutit sa tarte en moins de quelques secondes et se tourna vers la blonde assise à côté d’elle. Cette dernière semblait sur le point de s’incruster sa fourchette dans la main.


-Ça va?

Heaven ne la connaissait pas, mais elle l’avait croisé à quelques reprises dans le camp romain, elle espérait trouver quelqu’un avec qui parler de ce qui se tramait au banquet. Même si elle n'était pas du genre à faire ami-ami avec une inconnue, elle n'était pas complètement stupide et savait qu'en ce moment, il valait mieux avoir un allié à ses côtés.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Sam 26 Avr - 18:06

Quand ils ont dit « banquet », mon instinct s’est juste complètement affolé. Mon cerveau était comme incapable de comprendre ce mot, depuis le temps où il n’en avait plus entendu parler. Je m’étais faite au pain, à l’eau et au travail. A la torture aussi, après ma brève entrevue avec Diane (moment de culpabilité). Et en partageant mon temps entre dormir, travailler et moisir dans une cellule, j’avais fini par oublier ce que ça voulait dire. Et pour une fois, je n’avais pas envie de m’opposer aux partisans. Je suivis dont le mouvement, en traînant un peu des pieds pour la forme, même si en mon for intérieur j’étais ravie. Même si la photosynthèse de mon pouvoir m’avait aidé à tenir, j’avais l’estomac comme une pierre sèche et restai un sac d’os en mouvement.

En arrivant au camp grec, je me retins pour ne pas me jeter comme l’affamée que j’étais sur la nourriture. Même si j’avais des doutes dessus. Peut-être qu’ils avaient farci le tout au poison et que nous serions tous morts ou gravement malades demain. Je m’approchai des tables, remplissait mon assiette d’un petit peu de tout, et me donnai une baffe mentale pour ne pas dévorer le tout en une minute. Et puis…si là on avait le droit de parler aux gens…autant en profiter un peu. Je dirigeai mes pas vers Chelsea et Alexei, et une autre fille blonde à côté d'eux. Autant avoir des frères et soeurs à qui parler dans une éternité.

"Hey, Chel, Alex. Bonne soirée parmi des dizaines de mauvaises."

C’était lamentable, et je le savais. Sauf que pour l’instant je n’avais rien d’autre à dire d’intéressant sans paraître exagérément optimiste ou je ne sais quoi d'autre



[dites moi si il y a un truc qui cloche, Chelsea et Alexei, si vous voulez pas que je m'incruste faites le savoir aussi   ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Sam 26 Avr - 18:46
Un banquet... Etait-il sérieux ? Que comptait-il faire encore, nous empoisonner pour tous nous tuer ? Ce serait bien plus facile, n'est-ce pas, d'utiliser la faiblesse des autres pour nous tuer ? De toute façon, c'était bien connu, les partisans étaient des lâches, tous autant qu'ils étaient. Cela ne serait qu'une preuve de plus. Ils descendraient plus bas que terre. Ironique n'est-ce pas, en sachant que Gaïa les manipulaient ? Cela en serait presque drôle. Presque, si la situation n'était pas aussi critique. Je restais en dehors des "festivités", préférant regarder tout le monde d'un oeil critique. Mon ventre me criait famine depuis qu'on m'avait forcé à venir, mes jambes ne me tenaient que par une force venue de je ne sais où et mon état montrait combien la maladie pouvait m'affaiblir. Mais non, bien sûr que non, mon caractère borné m'empêchait de faire les premiers pas vers le buffet. Je ne voulais pas paraitre faible, alors que je l'étais bien plus que je n'avais jamais pu penser...

Je ne pouvais plus lutter, c'était devenu stupide. J'avais besoin de cette nourriture, je ne pourrais jamais tenir sinon... Je n'aurais jamais pu penser que mon estomac allait un jour réussir à faire fléchir ma détermination et pourtant, c'était le cas... D'un pas claudiquant, je me dirigeais vers une des tables installées pour les prisonniers. Trop aimable de leurs part, il y avait même des bancs ! Mon regard se posait sur une pomme que je pris avec méfiance et envie à la fois. Je restais sur mes gardes quand même, on ne savait jamais... Alors que je m'apprêtais à mordre dans l'objet de mes convoitises, un mouvement à ma droite attirait mon regard. Tiens, il y avait un petit groupe que je connaissais à mes côtés : la guérisseuse, la meuf au bonnet... Et le bouffon. Je pense qu'un petit bonjour ne leur ferait pas de mal. Avec un masque d'impassibilité qui m'était désormais devenue habituel, je m''approchais d'eux et me postait face à Victor, avec une distance respectable tout de même. Sans lâcher son regard, j'enfonçai mes dents dans la pomme et pris tous mon temps pour mâcher le bout de cet aliment. "Bonjour, archer de pacotille..." Non loin de moi, je vis Noah, un de mes alliés, malgré tout ce que l'on pouvait dire sur notre relation plutôt... Conflictuelle. Je connaissais ce regard, j'étais surmener celui qui le connaissait le mieux d'ailleurs. Il ne fallait pas qu'il fasse de connerie, il ne pouvait pas. Du coin de l'oeil, discrètement, je me mis à le surveiller, toujours en narguant mon "ami" partisan.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
I.02 Flash RP et RP commun des prisonniers: Le Grand Banquet. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant
Sujets similaires
-
» I.02 Flash RP et RP commun des prisonniers: Le Grand Banquet. [Terminé]
» PREMIERE HEURE FLASH !UNE INFORMATION VANT KOK !
» Flash! Flash! Dissolution du Conseil Electoral Provisoire
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Flash! Le Président Michel Joseph Martelly en lutte contre la corruption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Percy Jackson RPG :: Les camps :: Le Camp Grec-
Sauter vers: